TATARKOWSKI Abraham

Par Jean-Paul Bedoin, Bernard Reviriego

Né le 27 juillet 1899 à Lodz (Pologne), massacré le 12 août 1944 à Périgueux (Dordogne) ; tailleur ; victime civile d’origine juive.

Abraham Tatarkowski, fils de feu Hersz et de feue Fajga Alisiewicz, était célibataire. Tailleur de profession, ce réfugié de Strasbourg où il habitait au n°7 de la rue du Coq, demeurait à Périgueux, 3 rue Port de Graule.
« Incorporé, sans doute au 647e ou au 648e, pour travaux légers, le 3 décembre 1942, note Bernard Reviriego (op. cit., p. 470) il figure sur la liste des juifs étrangers à diriger sur Gurs (rafles de février 1943). »
Nous ignorons pour l’heure tout du lieu et des circonstances de son arrestation. Toujours est-il qu’il fut interné à la caserne Daumesnil à Périgueux et fusillé, comme l’indique l’acte de décès n° 680, en date du 25 août 1944, « le 12 août 1944 à dix-huit heures ».
« Le lendemain de la Libération, note Jacques Lagrange (op. cit.), dans le charnier de la caserne Daumesnil à Périgueux, on compte les morts. […] Il reste quatre juifs dont personne ne réclame les corps. Deux d’entre eux, Rolph Warnier dit "la duchesse" et Abraham Tatarkowski ont au moins un nom ; mais que dire pour le corps n°26 étiqueté "Bill" sans plus et le n°23 qui ne porte rien. Ils n’ont pas de famille à Périgueux ; la communauté juive de la ville se charge de leur donner une sépulture au cimetière de l’Ouest. »
Aujourd’hui, Abraham Tatarkowski est inhumé à Strasbourg, dans le Bas-Rhin, dans le Carré de corps restitués du cimetière israélite.


Voir Périgueux, Mur des Fusillés, Caserne Daumesnil, Rue du 5e Régiment de Chasseurs (5 juin-17 août 1944)

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article198984, notice TATARKOWSKI Abraham par Jean-Paul Bedoin, Bernard Reviriego, version mise en ligne le 10 janvier 2018, dernière modification le 15 janvier 2018.

Par Jean-Paul Bedoin, Bernard Reviriego

SOURCES : Arch. dép. Dordogne. — Archives privées de l’auteur. — Bernard Reviriego, Les Juifs en Dordogne, 1939-1944, Archives départementales de la Dordogne-Fanlac, Périgueux, 2003. — Jacques Lagrange 1944 en Dordogne, Éditions Pilote 24, Périgueux, 1993. — état civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément