CHEVALIER Pierre, François, Maurice

Par René Crozet, Michel Dreyfus

Né le 22 septembre 1927 à Ydes (Cantal), mort le 30 mai 2002 à Vernon (Eure) ; instituteur, puis permanent syndical ; syndicaliste et mutualiste, secrétaire national du SNI, président de la MGEN ; membre du Conseil économique et social de la République française et du Comité économique et social des Communautés européennes.

Fils d’un employé aux mines de Champagnac (Cantal), originaire de Saône-et-Loire, Pierre Chevalier fréquenta l’école communale de L’Hôpital-Ydes et obtint le certificat d’études primaires en juin 1939. À la rentrée d’octobre 1939, il entra au cours complémentaire de L’Hôpital-Ydes. En juin 1943, il y obtint le brevet élémentaire et fut reçu, en juillet de la même année, au concours de recrutement des élèves-maîtres. L’École normale d’instituteurs d’Aurillac (Cantal) ayant été supprimée, il entra, en octobre 1943, en classe de seconde du lycée Émile-Duclaux, à Aurillac, dans la section « Normaliens ». Chevalier assura des liaisons pour le compte du Comité de résistance du canton de Saignes de 1942 à 1944 et accomplit, durant l’été 1944, des tâches de gestion au sein du Comité de Libération de ce canton.

Pierre Chevalier obtint son baccalauréat (première partie en juillet 1945, deuxième partie, série Philosophie-Lettres, en juillet 1946). En octobre 1946, il intégra l’École normale d’instituteurs de Clermont-Ferrand pour une formation professionnelle qui dura jusqu’en juillet 1947.

Le 1er octobre 1947, il fut nommé instituteur adjoint au cours complémentaire d’Allanche (Cantal) où il enseigna jusqu’en avril 1948. D’avril 1948 à juin 1949, il accomplit son service militaire, d’abord au 2e Régiment de tirailleurs algériens à Oran, puis à l’École des sous-officiers de Cherchell, à l’école des officiers de réserve de Coëtquidan et enfin au 92e RI de Clermont-Ferrand. Pierre Chevalier fut ensuite maître, puis directeur de cours complémentaire de 1947 à 1958 à Salers (Cantal), enfin maître de collège d’enseignement général (CEG) à Aurillac de 1958 à 1961. En juillet 1949, il s’était marié à Saint-Constant (Cantal) avec Georgette Palhol, institutrice puis maîtresse d’application et conseillère pédagogique.

Au retour du service militaire, Pierre Chevalier fut nommé instituteur à l’école élémentaire d’Alleuze (Cantal) d’octobre 1949 à juillet 1950. D’octobre 1950 à juillet 1958, il enseigna au cours complémentaire de Salers dont il devint le directeur en juillet 1954. D’octobre 1958 à décembre 1961, il enseigna le français, l’histoire et la géographie simultanément dans les deux cours complémentaires, puis aux collèges d’enseignement général d’Aurillac et d’Arpajon-sur-Cère. En janvier 1962, ses responsabilités au SNI le conduisirent à une position de détachement administratif au profit de l’organisation syndicale. Cette situation administrative, qui se poursuivit en 1973 au profit de la MGEN, prit fin lors de sa retraite administrative en 1987.

Dès son entrée dans la vie active, Chevalier milita activement au SNI. Il fut en 1953 délégué du canton de Salers au conseil syndical de la section SNI du Cantal et secrétaire de cette section de 1954 à 1962. Il fut élu membre de la Commission nationale des jeunes du SNI en 1955, membre de la Commission nationale pédagogique et membre de la Commission nationale laïque de 1955 à 1973, membre de la commission de propagande à sa création en janvier 1965. Élu membre du bureau national du SNI de 1958 à 1973, il devint secrétaire national permanent de ce syndicat national en 1962 et occupa cette fonction jusqu’en 1973. Durant cette période, il fut rédacteur en chef de L’École libératrice, responsable de la commission sociale, président de la commission des résolutions du congrès, représentant auprès de la Fédération internationale des associations d’instituteurs et auprès de la Confédération mondiale des organisations des personnels enseignants, membre du conseil d’administration de la Société universitaire d’édition et de librairie, secrétaire général de la Société française de pédagogie, délégué auprès des mutuelles universitaires, membre la commission administrative de la Fédération de l’éducation nationale, délégué du SNI aux négociations avec le ministère de la Fonction publique (en 1968), délégué du SNI, de 1968 à 1969, à la Commission Jouvin (services sociaux dans la Fonction publique) et délégué au Comité interministériel des services sociaux dans la Fonction publique. Au sein de la FEN, il fut membre de la commission administrative nationale, titulaire (1960-1961), puis suppléant à partir de 1962.

Pierre Chevalier entra au conseil d’administration de la section du Cantal de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale en 1958 et y siégea jusqu’en 1961. Comme responsable national du SNI, Denis Forestier* le fit entrer au conseil d’administration de la MGEN dans la perspective de le remplacer. En 1963, il fut donc élu administrateur national de cette mutuelle ; il entra au bureau national en 1967, en fut le vice-président en 1973, puis le président du 7 juillet 1977 à juillet 1991, enfin le vice-président délégué de 1991 à 1993.

En 1978, Pierre Chevalier fut élu au conseil d’administration de la FNMF et entra la même année à son comité exécutif.

Par ailleurs, Pierre Chevalier occupa des responsabilités dans de nombreux groupements mutualistes et institutions sociales. Vice-président du Comité de coordination des œuvres mutualistes et coopératives de l’éducation nationale (CCOMCEN) à partir de 1978, il en fut le président de 1993 à 1996. Membre de la Commission centrale des œuvres sociales (CCOS) de l’Éducation nationale de 1963 à 1991, il siégea au Conseil économique et social (CES) comme membre de section (1987-1988), puis comme représentant de la FNMF (1990-1994), et appartint au Conseil supérieur de la mutualité à partir de 1975 ; administrateur national de la MFP à partir de 1974, il fut également membre du Conseil consultatif de l’économie sociale à partir de 1982. Enfin, à partir 1981, il siégea au comité directeur de l’Association internationale de la mutualité (AIM).

Administrateur national de la MGEN jusqu’en 1993, Pierre Chevalier siégea au conseil d’administration et au comité exécutif de la FNMF jusqu’en 1994. En décembre 1995, il fut élu vice-président honoraire de la FNMF.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article19831, notice CHEVALIER Pierre, François, Maurice par René Crozet, Michel Dreyfus, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 2 novembre 2018.

Par René Crozet, Michel Dreyfus

SOURCES : Arch. FNMF. — La MGEN de 1947 à nos jours. — Valeurs mutualistes, n° 219, juillet 2002. — Michel Dreyfus, Biographies. Les dirigeants mutualistes de la fin du XIXe siècle au début du XXIe siècle, Mutualité française, 2003, p. 42.

ICONOGRAPHIE : La MGEN de 1947 à nos jours..., op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément