MARTIN Gaston

Par Claude Delasselle

Né le 24 février 1905 à Saint-Georges-sur-Baulche (Yonne), tué à Charentenay (Yonne) le 9 juillet 1944 ; agent de police municipale ; résistant de l’ORA.

Gaston Martin est né en 1905 à Saint-Georges-sur-Baulche, village proche d’Auxerre, où ses parents, cultivateurs, exploitaient la ferme des Renards, dans une famille nombreuse (il avait cinq sœurs et trois frères). Marié à Anne-Marie Robé et père de trois enfants, deux garçons et une fille, il exerça d’abord le métier d’agriculteur en Puisaye puis, à cause de la crise économique frappant l’agriculture dans les années trente, partit s’installer avec sa famille à Auxerre où il s’engagea dans la police municipale.
Au printemps 1944, il s’engagea dans la Résistance au sein de l’ORA (Organisation de Résistance de l’armée) dont le responsable pour l’Yonne, François de Montaudouin, recruta de nombreux résistants à Auxerre. En juin 1944, Gaston Martin, en compagnie d’autres Auxerrois, dont Pierre Bureau et Charles Paquot, rejoignit le maquis Chevalier installé en bordure de la forêt de Fretoy, près du hameau des Champs-Gras, sur la commune de Mailly-le-Château.
Début juillet 1944, Gaston Martin était parti en permission à Auxerre, avec l’autorisation de ses chefs, en compagnie de Pierre Bureau et Charles Paquot. Le 9 juillet, il revenait d’Auxerre en vélo, avec ses deux camarades, pour rejoindre son maquis. Malheureusement, ils ignoraient que leur itinéraire leur faisait traverser la région forestière proche du village de Charentenay (Yonne), qui avait été encerclée le matin dès l’aube par une troupe nombreuse formée de soldats allemands et de miliciens français, prélude à l’attaque d’un maquis voisin, le maquis de la Souille.
Les trois hommes furent interceptés par les soldats allemands et, malgré leurs papiers en règle, ils furent sans doute identifiés par un milicien auxerrois et désignés par lui comme résistants. Les trois hommes furent alors frappés sauvagement puis abattus. Leurs corps furent d’abord inhumés au cimetière de Bazarnes (Yonne), puis, en septembre 1944, ramenés à Auxerre où ils furent inhumés au cimetière Dunant.
Le nom de Gaston Martin figure sur le monument aux morts d’Auxerre et sur le monument des déportés et fusillés de l’Yonne à Auxerre. Il figure également sur la stèle érigée sur la commune de Bazarnes, en bordure de la route de Charentenay, en mémoire des morts de cette attaque du 9 juillet 1944. Il est titulaire de la Croix de guerre et de la carte de Combattant volontaire de la Résistance.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article197803, notice MARTIN Gaston par Claude Delasselle, version mise en ligne le 30 novembre 2017, dernière modification le 30 novembre 2017.

Par Claude Delasselle

SOURCES : Témoignage oral d’Émile Martin, fils de Gaston Martin, 2017. — CDrom La Résistance dans l’Yonne, ARORY-AERI, 2004 (Claude Delasselle, notice Attaque du maquis de la Souille). — Mémorial GenWeb.

Version imprimable Signaler un complément