Chronologie

1867

  • 15 décembre : Fondation de l’Association d’éducation ouvrière (Arbeiterbildungsverein) à l’occasion d’un meeting qui regroupe trois cents personnes.

1868

  • 6 janvier : Création d’une caisse d’assurance-maladie au sein de l’Association d’éducation ouvrière (Arbeiterbildungsverein).
  • 10 mai : Le Ve congrès ouvrier élabore un « Manifeste à l’intention de la population laborieuse d’Autriche ».
  • 30 août : Le IXe Congrès ouvrier adopte le programme du Parti social-démocrate.

1869

  • 13 décembre : Une réunion massive de vingt mille ouvriers à Vienne réclame le droit de coalition, le suffrage universel et la liberté de la presse.

1870

  • 2 mars : Arrestation des chefs du jeune mouvement ouvrier, Scheu, Pabst, Oberwinder, Most, etc.
  • 7 avril : Entrée en vigueur du droit de coalition.
  • 10 juillet : Le procès de haute trahison contre les chefs du mouvement ouvrier, à Vienne, aboutit à la condamnation de dix d’entre eux.

1874

  • 5 avril : Congrès de Neudœrfl. 73 délégués fondent le Parti social-démocrate et adoptent un programme socialiste. Die Gleicheit (l’Égalité), paraissant à Wiener-Neustadt, devient l’organe central du parti.

1877

  • 19 janvier : Fondation du journal Der Gewerkschafter (Le Syndicaliste).

1881

  • 1er janvier : Der Sozialist (Le Socialiste), de Vienne, devient l’organe central du Parti ; le conflit s’aggrave entre « modérés » et « radicaux ».
  • 4 juin : Die Wahrheit (La Vérité) est fondé comme organe de la tendance « modérée ».

1882

  • Avril-mai : Grèves de grande ampleur dans toutes les houillères d’Autriche.
  • 10 avril : Le congrès du parti à Brünn (Brno) essaie de trouver une solution aux luttes de fractions.

1884

  • 30 janvier : Le gouvernement décrète l’état d’urgence contre les organisations ouvrières. Arrestations et expulsions de militants.

1886

  • 9 mai : Victor Adler fonde la nouvelle revue Die Gleichheit (l’Égalité).

1889

  • 1er janvier : Congrès d’unification tenu à Hainfeld de toutes les tendances socialistes. Congrès de compromis qui marque la fondation du Parti social-démocrate ouvrier. « Les réformes ne remplacent pas la révolution socialiste à laquelle nous aspirons, mais elles sont mieux que rien » (extrait de la motion d’unification).
  • 12 juillet : Parution de l’hebdomadaire Arbeiter Zeitung (Journal des Travailleurs) qui succède à Gleichheit, comme organe central du Parti.

1890

  • 1er mai : Manifestations massives du mouvement ouvrier autrichien.

1893

  • 3 mai : Première grande grève ouvrière.
  • Juillet : Début des manifestations massives en faveur du suffrage universel.
  • Fin septembre : Friedrich Engels séjourne à Vienne et participe à de nombreux meetings.
  • 24 décembre : Congrès des syndicats autrichiens, auquel participent 270 délégués. Fondation de la Commission syndicale de l’Empire autrichien.

1894

  • 4 novembre : Fondation du « Verein jugendlicher Arbeiter » (Association des jeunes travailleurs).

1895

  • 1er janvier : L’Arbeiter Zeitung devient quotidien.

1897

  • 9 mars : Premières élections législatives auxquelles la classe ouvrière, avec un certain nombre de limitations, a le droit de participer ; douze députés sociaux-démocrates sont élus dans l’Empire.

1899

  • 24 septembre : Le Congrès de Brünn (Brno) adopte le programme du Parti sur le problème des nationalités. Les problèmes nationaux sont vus sous l’angle culturel : chaque nation doit obtenir non l’autonomie politique, mais l’autonomie culturelle.

1901

  • Fondation de l’Association des femmes et jeunes filles social-démocrates.
  • La démocratie socialiste obtient 750 000 suffrages (14 % des voix) mais seulement dix députés (sept Tchèques, deux Allemands, un Polonais).

1905

  • Novembre : La plus importante manifestation en faveur du suffrage universel ; bagarres avec la police.

1907

  • 25 janvier : L’Empereur approuve la réforme électorale.
  • 2 mai : Le Parti social-démocrate devient le groupe le plus important du Parlement impérial ; il recueille 1 047 000 suffrages ; il a 87 députés : 50 Allemands, 24 Tchèques, 6 Polonais, 5 Italiens, 2 Ruthènes.

1908

  • 23 avril : Fondation des « Kinderfreunde » (Amis de l’enfance).

1911

  • Aux élections, le Parti social- démocrate recueille 1 060 000 voix, plus du quart des suffrages (3 700 000). A Vienne, il dispose de la majorité absolue des sièges (20 sur 33).

1912

  • 10 novembre : Grande manifestation à Vienne contre la guerre des Balkans.

1913

  • 11 février : Le leader socialiste Franz Schumeier meurt, victime d’un attentat.

1914

  • 25 juillet : L’Arbeiter Zeitung publie un manifeste déclinant toute responsabilité dans le déclenchement de la guerre.
  • 1er août : Le Parti social-démocrate approuve la décision prise par le groupe parlementaire de soutenir la politique impériale d’entrée en guerre contre la Serbie.
  • 3 décembre : Dans un manifeste, Friedrich Adler se prononce contre le soutien accordé par son parti à la politique de l’Empereur.

1916

  • 25 mars : Conférence du Parti social-démocrate : forte opposition de gauche en faveur d’une initiative pour la paix.
  • 20 octobre : Friedrich Adler assassine le comte Stürgkh, premier ministre.

1917

  • 18 mai : Friedrich Adler est condamné à la peine de mort ; la peine est commuée.
  • 24 octobre : Otto Bauer revient de Russie où il était prisonnier de guerre.
  • 2 novembre : Conférence du Parti social-démocrate. La « tendance Bauer », socialiste révolutionnaire, se manifeste très fortement.

1918

  • 14-20 janvier : Grandes grèves menées par la gauche du Parti pour réclamer la paix et le pain. Constitution de conseils ouvriers dans certaines usinés.
  • 30 octobre : Les membres autrichiens de l’ancien Parlement se réunissent en Assemblée nationale provisoire dont Seitz est élu président. Ils constituent un Conseil d’État, gouvernement de fait, dirigé par K. Renner.
  • 1er novembre : Libération de Friedrich Adler. Formation des Gardes rouges à Vienne.
  • 3 novembre : Création à Vienne d’une milice contrôlée par les socialistes (Julius Deutsch). Fondation du Parti communiste.
  • 11 novembre : Mort de Victor Adler.
  • 12 novembre : Proclamation de la République d’Autriche. Des éléments de la gauche socialiste réclament une république basée sur les conseils ouvriers. 1919
  • 16 février : Élection de l’Assemblée nationale constituante d’Autriche. Succès des socialistes : 69 sièges sur 159 contre 66 aux chrétiens-sociaux. Seitz est élu président de l’Assemblée nationale.
  • 1er mars : Première conférence nationale des conseils ouvriers d’Autriche. Rôle de premier plan joué par Friedrich Adler.
  • 15 mars : Formation d’un gouvernement de coalition présidé par K. Renner.
  • 17 avril : Manifestation à Vienne de chômeurs et de démobilisés qui tentent d’incendier le Parlement.
  • 15 mai : Loi officialisant l’existence des conseils ouvriers sous forme de conseils d’entreprise.
  • 15 juin : Tentative avortée de putsch communiste à Vienne. 20 morts ; nombreux blessés.
  • 3 juillet : Seconde conférence nationale des conseils ouvriers d’Autriche.
  • 26 juillet : Otto Bauer donne sa démission de ministre des Affaires étrangères.
  • 17 décembre : Adoption de la journée de huit heures et d’autres lois sociales (lois Hanusch).

1920

  • 10 juin : Démission des ministres sociaux-démocrates.
  • 11 juin : Formation du gouvernement « proportionnel ».
  • 20 juillet : Création des premières organisations armées fascistes en liaison avec des groupes allemands.
  • Octobre : Élections générales en Autriche. Reflux révolutionnaire. Les chrétiens obtiennent 82 sièges ; les socialistes, 66.
  • 21 octobre : Les ministres socialistes sortent du gouvernement « proportionnel ».

1921

  • Avril : Tentative de restauration des Habsbourg ; manifestations de la population.

1923

  • Création des milices ouvrières (« Republikanischer Schützbund »).

1924

  • 7 novembre : Grande grève des chemins de fer.

1926

  • 30 octobre : Au congrès de Linz, adoption d’un nouveau programme social-démocrate qui redéfinit les conditions de la dictature du prolétariat ; les milices n’interviennent que si la bourgeoisie attaque le prolétariat.

1927
Avril : Le pourcentage de voix socialistes aux élections législatives s’élève à 42 %.

  • 15 juillet : Manifestation de protestation contre l’acquittement des assassins de Schattendorf ; bagarres avec la police, incendie du Palais de Justice : sur ordre de Seipel et de Schober (chancelier et préfet de police) la police ouvre le feu 90 hommes, femmes et enfants sont tués. La direction du Parti social-démocrate est débordée. Grève générale de deux jours.

1928

  • Juin : La Commission syndicale se réorganise et devient Fédération des syndicats libres d’Autriche.

1929

  • 14 juillet : Congrès international des Jeunesses socialistes à Vienne,
  • 19 mai : Les formations paramilitaires fascistes (Heimwehren) dénoncent le parlementarisme.
  • 9 novembre : Élections ; victoire social-démocrate. Le Parti socialiste est le premier des partis autrichiens.

1931

  • 14 septembre : Tentatives de putsch fasciste.

1932

  • 23 avril : Élections à Vienne, en Basse-Autriche, à Salzbourg. Succès nationaux-socialistes.
  • 27 mai : Premier gouvernement Dollfuss.
  • 17 octobre : Frey, chef de la « Heimwehr », est nommé secrétaire d’État à la Sûreté nationale.

1933

  • 4 mars : Démission des trois présidents du Parlement (Renner, Ramek, Straffner).
  • 7 mars : Création du régime autoritaire de Dollfuss. Abolition de nombreuses libertés démocratiques.
  • 31 mars : Dissolution du « Schutzbund ».
  • 1er mai : Malgré l’interdiction de la fête du Premier Mai, manifestations ouvrières.
  • 26 mai : Dissolution du P.C.
  • 14-15 octobre : Dernier congrès légal du Parti social-démocrate.

1934

  • 1er janvier : Destitution des directions élues des Chambres des ouvriers et employés.
  • 12 février : Perquisition dans la maison ouvrière à Linz. Soulèvement du « Schutzbund » à Vienne et dans les principaux centres de l’Autriche. Le gouvernement dissout le Parti social-démocrate et applique la loi martiale.
  • 15 février : Fin des combats. Le gouvernement triomphe.
  • 18 février : Constitution du « Comité des sept » appelé par le suite comité central des syndicats libres clandestins.
  • 25 février : Fondation du « Bureau à l’étranger de la social-démocratie » à Brünn (Brno). ,
  • 9 mars : Le « Groupe central des cinq », qui a tenu sa première séance le 26 février et a été reconnu comme direction légitime de l’organisation clandestine du Parti, prend nom de Comité central des socialistes révolutionnaires d’Autriche.
  • 25 juillet : Assassinat de Dollfuss par les nazis.
  • 30 juillet : Schuschnigg forme le gouvernement.
  • 31 décembre : Conférence fédérale des Socialistes révolutionnaires à Brünn (Brno).

1935

  • Janvier : Vague d’arrestations de militants socialistes révolutionnaires et communistes.
  • Juillet : Le Comité des sept et la Commission pour la reconstruction des syndicats d’obédience communiste fusionnent et décident la création d’une direction unique des syndicats libres clandestins.

1936

  • 16-21 mars : Grand procès des socialistes révolutionnaires.
  • Octobre : Première conférence fédérale à Prague des syndicats clan-destins. Les communistes sont évincés de la direction.

1938

  • 12 février : A Berchtesgaden, Schuschnigg se soumet à Hitler.
  • 10 mars : Échec des négociations entre le Comité ouvrier légal et les délégués du gouvernement en vue d’une résistance.
  • 11 mars : Invasion de l’Autriche par des troupes allemandes ; arrestation de nombreux militants socialistes et communistes. Schuschnigg est remplacé par Seyss-Inquart.
  • 4 juillet : Mort d’Otto Bauer.

1939

  • 6 septembre : Le gouvernement français interne les émigrés allemands et autrichiens.

1945

  • Avril : Libération de l’Autriche par les Alliés avec la participation de patriotes autrichiens. Fondation du Parti socialiste (S.P.Œ.) (socialistes-révolutionnaires et sociaux-démocrates). Fondation du Parti populiste (Œ.V.P.) (anciens chrétiens-sociaux avec prédominance de l’aile ouvrière dirigée par L. Kunschack).
  • 27 avril : Formation d’un gouvernement provisoire tripartite ; socialiste, populiste et communiste présidé par Karl Renner.
  • 24 novembre : Premières élections législatives de la seconde République : les populistes conquièrent 85 sièges, les socialistes 76, et les communistes 4.
  • 18 décembre : Nouveau gouvernement de coalition des trois partis. Les socialistes y sont représentés par Adolf Schärf comme vice-chancelier, les communistes par Karl Altmann, comme ministre de l’Énergie. Karl Renner est élu président de la République.

1946

  • Juillet : Loi sur la nationalisation des grandes banques et de l’industrie lourde.

1947

  • Mars : Nationalisation de l’électricité.
  • 19 novembre : Démission du ministre communiste Altmann à la suite de l’acceptation du plan Marshall par le gouvernement autrichien.

1950

  • 30 septembre-5 octobre : Grève menée par les syndicalistes communistes pour protester contre l’accord gouvernement - syndicats de septembre 1950 sur les prix et les salaires.

1951

  • 26 mai : Theodor Kœrner, ancien commandant des milices populaires, maire socialiste deVienne, est élu Président de la République.

1953

  • 14 mars : Mort de Leopold Kunschak chef des syndicats chrétiens de la première République, et l’un des fondateurs du Parti populiste en Í945.

1955

  • 15 mai : Signature par les Quatre Grands du traité d’État rétablissant la souveraineté de la République autrichienne.

1956

  • 5 mai : A. Schärf, président du Parti socialiste, est élu président delà République.

1957

  • 12 mars : Création de la commission paritaire pour les prix et les salaires, dans laquelle sont représentés les syndicats, le patronat et l’État.

1958

  • 20 février : Nouveau programme du Parti communiste. L accent est mis sur la recherche d’une voie de passage pacifique au socialisme.
  • 14 mai : Nouveau programme du Parti socialiste ; la notion de lutte de classes est maintenue mais une nouvelle notion de « société pluraliste » est introduite. En outre, la référence au marxisme n’est plus exigée pour une réflexion et une action socialistes.

1959

  • 10 mai : Battus aux élections, les communistes ne sont plus représentés au Parlement.

1962

  • 27 avril : A. Schärf est réélu Président de la République.

1963

  • Juin : Les socialistes font campagne avec les libéraux contre un retour en Autriche du prince Otto de Habsbourg.

1964

  • 4 novembre : Exclusion du Parti socialiste du ministre de l’Intérieur et ancien président des syndicats, Franz Olah.

1965

  • 22 mai : Franz Jonas, maire socialiste de Vienne, est élu Président de la République.
  • Septembre : Franz Olah fonde le Parti démocrate-progressiste (F.D.P.).

1966

  • 6 mars : Majorité absolue des populistes aux élections fédérales. Les socialistes décident, après vingt ans de « grande coalition », d’entrer dans l’opposition.

1967

1970

  • 1er mars : Les élections générales au « Nationalrat » (Conseil national) donnent au Parti socialiste la majorité relative : 81 sièges sur 165 (79 au Œ.V.P. et 5 au E.P.Œ.) Le S.P.Œ. devient ainsi, pour la première fois en Seconde République, le parti le plus fort. Son président, Bruno Kreisky, est désigné comme chancelier fédéral par Franz Jonas, le Président de la République.

1971

  • 25 avril : Franz Jonas est réélu Président de la République.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article197783, notice Chronologie, version mise en ligne le 23 avril 2019, dernière modification le 17 avril 2019.
Version imprimable Signaler un complément