ZUCKER-SCHILLING Erwin. Pseudonymes : F. Schneider et Schilling

Né le 15 août 1903 à Vienne ; journaliste et dirigeant communiste.

Fils d’un horloger et d’une couturière, Erwin Zucker-Schilling fréquenta l’école primaire et le cours complémentaire et devint d’abord apprenti joaillier, ensuite mécanicien.
En 1919, il adhéra aux Jeunesses communistes et devint l’un des animateurs du mouvement des apprentis. En 1920, il rédigea son premier journal qui eut pour titre Der Lehrling (L’Apprenti). De 1921 à 1925, il fut membre du Comité central des Jeunesses communistes. En 1925, il entra à la rédaction de l’organe central du P.C. Die Rote Fahne (Le Drapeau rouge). Le journal fut interdit en 1933, mais continua à paraître clandestinement ; Zucker-Schilling devint rédacteur en chef de Die Rote Fahne après février 1934. Imprimé à Vienne jusqu’en mai 1935, le journal fut ensuite édité à Prague et Zucker-Schilling, tout en continuant à assurer la rédaction en chef de ce journal, fut également directeur de l’organe théorique du P.C., Weg und Ziel (Le Chemin et le but), où il écrivit sous le pseudonyme de F. Schneider. En 1935, il devint membre du Comité central du P.C. autrichien et vécut à Prague jusqu’aux accords de Munich. En automne 1938, il se rendit à Paris où il resta jusqu’au début de la guerre. Pendant la guerre il séjourna à Moscou où il déploya une activité de publiciste, se spécialisant dans les questions autrichiennes ; sous le pseudonyme de Schilling il participa également aux émissions radiophoniques pour l’Autriche.
En mai 1945, Zucker-Schilling rentra à Vienne ; il devint tout d’abord responsable de la propagande du Comité central du P.C. autrichien et, dès la parution du nouvel organe central du parti, Volksstimme (La Voix du peuple), il en fut le rédacteur en chef, fonction qu’il exerça jusqu’en 1965. Schilling appartint également au Bureau politique et au secrétariat du parti. Dans les luttes internes qui ébranlèrent l’organisation, Zucker-Schilling fut un des chefs de file des « conservateurs ». Lors du 19e congrès en 1965, il ne fut pas réélu membre du Comité central, mais il poursuivit son activité journalistique, notamment comme rédacteur de Internationales Bulletin.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article197782, notice ZUCKER-SCHILLING Erwin. Pseudonymes : F. Schneider et Schilling, version mise en ligne le 23 avril 2019, dernière modification le 16 avril 2019.

ŒUVRE : Drei Forderungen der werktätigen Jugend (Trois exigences de la jeunesse ouvrière), Vienne, 1924, 39 p.

SOURCES : Archives du Parti communiste autrichien (K.P.Œ.).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément