WINTER Max

Né le 9 janvier 1870 à Tarnok (Hongrie) ; mort à Hollywood le 10 juillet 1937 ; journaliste socialiste ; un des fondateurs de l’Association nationale des Amis de l’Enfance ; maire-adjoint de Vienne.

Les parents de Max Winter — son père était cheminot — allèrent s’installer à Vienne où l’enfant fit ses études primaires. Il fit ensuite son apprentissage d’employé de commerce. Dès son adolescence, il fit du journalisme, d’abord au Neues Wiener Journal (Nouveau journal de Vienne), puis, à vingt-quatre ans, il entra à la rédaction de l’Arbeiter Zeitung (Journal des Travailleurs) où il travailla jusqu’en 1930. C’est dans l’Arbeiter Zeitung que parurent ses reportages sensationnels « Durch das dunkelste Wien » (A travers les ténèbres de Vienne) et « Das unterirdischen Wien » (Vienne la souterraine). Les recherches nécessaires à ces reportages sociaux conduisirent ce journaliste de grand talent dans les quartiers et les lieux les plus mal famés de la capitale : il parcourait même les égouts puants de la ville jusqu’au grand collecteur. Il effectua aussi une enquête approfondie sur les conditions de vie des travailleurs du bois, du verre et de la porcelaine en Bohême, parue sous forme de livre et qui était une violente critique sociale. Ce talent exceptionnel lui valut d’être élu député social-démocrate au « Reichsrat » (Conseil d’Empire) en 1911. Ces mêmes enquêtes sociales lui firent prendre conscience de la misère des enfants d’ouvriers et il commença à s’intéresser tout particulièrement aux problèmes d’éducation. Il alerta l’opinion publique sur la gravité de la situation dans la capitale où les enfants vivaient au milieu d’un océan de maisons et il revendiqua pour eux des terrains de jeux.
Il fut un des initiateurs de la création de l’Association social-démocrate des Amis de l’Enfance qui devait fusionner plus tard avec l’Association de l’École laïque. De nombreuses organisations socialistes à l’étranger suivirent cet exemple d’une nouvelle éducation sociale. En 1919, Max Winter fut élu au conseil municipal de Vienne sénateur chargé des affaires sociales. Plus tard, il fut nommé maire-adjoint. En 1925, il fut élu au « Bundesrat » (Conseil fédéral) où il siégea jusqu’en 1933. En 1923, il fonda le journal féminin Die Unzufriedene (La Mécontente). En 1928, il entreprit un voyage d’étude et une tournée de conférences sur le rôle de l’enfant, voyage qui le conduisit en Amérique du Sud. Après la dissolution du Parti social-démocrate et de ses organisations en 1934, il émigra aux États-Unis où il poursuivit son œuvre sur l’éducation des enfants. Il vécut dans le dénuement et mourut à Hollywood le 10 juillet 1937.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article197776, notice WINTER Max, version mise en ligne le 23 avril 2019, dernière modification le 16 avril 2019.

ŒUVRE (choix) : Zwischen Iser und Neisse. Bilder aus der Glas-Kleinindustrie Nord-Bœhmens (Entre l’Iser et la Neisse. Images de la petite industrie du verre en Bohême du Nord), Vienne, 1900, 152 p. — In Purzlinerland. Eine Studie Über das Leben der nordbœhmischen Porzellanarbeiter (Une étude sur la vie des ouvriers de la porcelaine de Bohême du Nord), Vienne, 1901, 80 p. — Im unterirdischen Wien (Dans la Vienne souterraine), Berlin, 1905. — Die Blutsauger des Bœhmerwaldes. Bilder aus dem Leben der Holzknechte (Les Vampires de la forêt de Bohême. Images de la vie des bûcherons), Budweis, 1908, 79 p. — Der Fall Hofrichter (L’Affaire Hofrichter). Munich, 1910, 108 p. — Was wollen die Schul-und Kinderfreunde ? (Que veulent les amis de l’école et de l’enfance ?), Vienne, 1923, 19 p. --- Hœhlenbewohner in Wien (Des habitants des cavernes à Vienne), Vienne, Í927, 104 p. — 10 Jahre Erinnerungsbilder aus dem Werden des Vereins « Freie Schule-Kinderfreunde » (Dix ans de souvenirs sur la genèse de l’Association École Laïque-Amis de l’Enfance), Vienne, 1927, 63 p.

SOURCES : Werk und Widerhall. Grosse Gestalten des œsterreichischen Sozialismus (L’Œuvre et son écho. Grandes personnalités du socialisme autrichien), édité par Norbert Leser, Vienne, 1964.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément