STERN Josef, dit Luitpold

Né à Vienne le 16 avril 1886 ; mort le 13 septembre 1966 ; poète et éducateur socialiste.

Josef Stem fit des études de droit et d’économie politique à l’Université de Vienne. On l’appelait le « Pestalozzi du mouvement ouvrier », auquel, étudiant encore, il avait consacré sa vie. Il fut l’un des plus grands éducateurs ouvriers et porta la renommée de la social-démocratie autrichienne bien au-delà des frontières. Poète et essayiste apprécié, il fut un de ceux qui, avec le poète ouvrier Alfons Petzold, avec Stefan Grossmann, Emil Kralik (Habakuk), et Ferdinand Hanusch, enrichirent la littérature socialiste.
Conférencier au « Volksheim » (Université populaire), il y fut également bibliothécaire et secrétaire, collabora à la fondation de la « Volksbühne » (Théâtre populaire) et tint la rubrique théâtrale dans l’Arbeiter Zeitung (Journal des Travailleurs). En 1919, il organisa le service d’éducation de l’armée populaire autrichienne qui venait d’être créée et, en 1926, il fut chargé de la direction de l’Université ouvrière du Parti social- démocrate, ainsi que la Centrale d’éducation culturelle socialiste. Il fit de la revue Bildungsarbeit (Travail d’éducation) fondée en 1909, le point de rencontre des efforts culturels de la classe ouvrière sous la première République.
Très jeune, Stern s’était préoccupé des problèmes théoriques et pratiques de l’éducation populaire et il en avait publié en 1910 une synthèse, sa thèse de doctorat qui portait sur 1’« Education populaire à Vienne ». Il créa les bibliothèques ouvrières, installa de grandes organisations d’éducation populaire à financement privé, organisa des fêtes et festivals ouvriers et forma des militants chargés de l’éducation et de la culture populaire. La ville de Vienne a rendu hommage à ses activités tant intellectuelles qu’organisatrices et à ses mérites dans l’éducation populaire de Vienne, en lui décernant en 1948 le prix de la Culture populaire.
Son œuvre poétique est également riche et variée. Art et conception révolutionnaire du monde s’y mêlent. Stern se fit connaître en 1917 par la publication d’un recueil de poèmes et d’aphorismes intitulé Herz in Eisen (Cœur dans les fers). Son cycle de ballades Die Rückkehr des Prometheus (Le Retour de Prométhée, 1927) glorifie, en vers libres ou réguliers, les figures révolutionnaires appartenant à la Mythologie ou à l’Histoire. Cet ouvrage a été magnifiquement illustré par des gravures sur bois du peintre viennois Otto Schatz. Stern utilisait avec prédilection les nouvelles formes du festival ouvrier et de la poésie de masse dans ses textes de cantates et ses oratorios ; ce faisant, il ouvrait la voie à de nouvelles formes artistiques. En 1937 parut à Brünn (Brno) le premier recueil en quatre volumes de ses œuvres, Das Sternbild (voir Œuvres), dont il ne parvint en Autriche qu’un nombre réduit d’exemplaires. Ses nouvelles œuvres poétiques ne furent connues en Autriche qu’après la Seconde Guerre mondiale. Elles le révèlent sous de nouveaux aspects, en particulier de dramaturge. De tous ses recueils de poèmes, les plus connus sont Das Knabenbuch (Le livre du petit garçon). Le recueil Afrika singt (L’Afrique chante), qui pour la première fois introduisait chez nous l’émouvante poésie des Noirs d’Amérique, laisse une impression profonde. Ses œuvres choisies en quatre volumes intitulés Sternbild eines Lebens (Constellation d’une vie) lui valurent l’Anneau d’honneur de la ville de Vienne, et, en 1958, le prix national de la culture populaire.
Le fascisme avait chassé J. Stern d’Autriche, à Brünn (Brno) d’abord, puis à Paris. Durant la Seconde Guerre mondiale, il s’était installé à Philadelphie et il poursuivit son activité culturelle dans les ghettos noirs. Il rentra en Autriche en 1945 et reprit son travail au Schloss Wiensberg, en Haute-Autriche, à l’institut d’éducation du syndicat des travailleurs du bois et du bâtiment.
En 1953, il retourna vivre à Vienne où il occupa des fonctions importantes dans l’édition. Il mourut le 13 septembre 1966.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article197729, notice STERN Josef, dit Luitpold, version mise en ligne le 23 avril 2019, dernière modification le 10 avril 2019.

ŒUVRE : Wiener Volksbildungswesen (L’Education culturelle populaire à Vienne), Iena, Eugen Dietrich, 1910. — Der Betriebsrat, Lehr behelf zur Wirtschaftsschulung (Le délégué d’entreprise, contribution à l’enseignement de l’économique politique), Vienne, 1920. — Die Rückkehr des Prometheus (Le Retour de Prométhée), Berlin, 1927. — Der Arbeiter und die Kultur (L’Ouvrier et la culture), Vienne, 1927. — Herakles unter den Arbeitern (Hercule parmi les ouvriers), Vienne, 1932. — Der Chormeister (Le maître de chœur), Vienne, éditions de la Fédération autrichienne des chanteurs-ouvriers, 1930. — Klassenkampf und Massenschulung (Lutte de classe et éducation des masses), Vienne, 1930. — Kleine Musik um Karl Marx (Petite musique autour de Karl Marx). Programme des célébrations de Marx à Vienne, 1933. —Die hundert Hefte (Les Cent cahiers), Brünn (Brno), édité par l’auteur, 1934-1938, cinq vol. — Der Schrei der Opfer (Le Cri des victimes), Brünn (Brno), polycopié, 1937. — Genius des standhaften Herzens (Génie du cœur ferme), Vienne, 445 p. — Beschwœrungen (Evocations), Vienne, 456 p. — Hall und Widerhall (Son et écho), Vienne, 495 p. —Das Josef Luitpold Buch (Le livre de Josef Luitpold), Vienne, 1948. — Bruder Einsam (Frère solitaire), Graz, 1960 — Die grosse Warnung. Von der Jagd auf die Menschlichkeit (La grande mise en garde. De la chasse à l’humanité), Vienne. 1962. — Das Sternbild eines Lebens, Plefaden ! Von der Ewigkeit im Alltag (Constellation d’une vie, Pléiades ! De l’éternité dans la vie quotidienne), Vienne, 1962. — Lyrik und Prosa aus vier Jahrzehnten (Quatre décennies de poésie et de prose), Vienne, 1962. — Das Sternbild (La constellation), recueil de poèmes (1903- 1953), Vienne, 1953, sept vol.
Deux lettres (1924-1929) de J. Stem à K. Kautsky sont déposées à l’institut national d’Histoire sociale à Amsterdam.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément