HOLOWATYI Rudolf

Par Félix Kreissler

Né en 1905 ; mort à Vienne le 8 avril 1951 ; militant syndicaliste et socialiste.

Rudolf Holowatyi fut l’un des talents les plus originaux du mouvement ouvrier autrichien. Ses parents étaient trop pauvres pour lui permettre de faire des études secondaires et supérieures. Mais, grâce à son intelligence, son esprit d’invention et d’initiative, Holwatyi se forma en autodidacte et acquit une vaste culture.
Tout jeune, il se mit au service du Parti social-démocrate. Il devint secrétaire des Jeunesses du syndicat des ouvriers du bois et, bientôt, président du syndicat.
Lorsqu’en février 1934, après la défaite sanglante de la démocratie, le gouvernement au pouvoir offrit à Holowatyi un poste dans le syndicat unique officiel, il refusa nettement. Les conséquences ne se firent pas attendre : il fut arrêté en mars 1934 et interné au camp de concentration de Wœllersdorf. Faute de preuves, il fut relâché en juin mais arrêté à nouveau en novembre. Après sa libération à Noël 1934, Holowatyi participa activement au mouvement clandestin des syndicats libres. En septembre 1935 il fut de nouveau arrêté et, pour haute trahison, condamné à dix ans de prison. Relâché grâce à l’amnistie de juillet 1936, il émigra au Danemark puis en Norvège, où les syndicats lui firent bon accueil ; il se rendit ensuite en Suède. Dans l’émigration, Holowatyi continua à œuvrer pour le mouvement syndical de son pays et devint membre de la représentation à l’étranger des syndicats libres autrichiens.
Holowatyi rentra en Autriche en février 1946 et participa activement à la reconstruction du syndicat des travailleurs du bois auxquels se joignirent alors les travailleurs du bâtiment pour former un des plus puissants syndicats d’Autriche dont il fut président adjoint. Il se préoccupa avant tout des questions d’éducation et de culture et prit une part éminente à la fondation de l’école syndicale installée au château de Weinberg ; ce fut lui également qui trouva un directeur remarquable pour cette école : Josef Luitpold Stem.
Quelques années avant sa mort, on lui confia la tâche de diriger la revue socialiste des entreprises : Die Welt der Arbeit (Le Monde du travail). Il en fit un journal vivant et original à large diffusion.
Au début de l’année 1951 Holowatyi tomba subitement malade et les médecins constatèrent qu’il était atteint du mal de Pott. Dès lors, Holowatyi dut rester allongé sur un lit de plâtre ; il continua cependant son travail rédactionnel gardant, comme les médecins, l’espoir d’un rétablissement. Une faiblesse cardiaque l’emporta le 8 avril 1951.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article197494, notice HOLOWATYI Rudolf par Félix Kreissler, version mise en ligne le 28 novembre 2017, dernière modification le 21 novembre 2018.

Par Félix Kreissler

SOURCE : Archives du Verein für Geschichte der Arbeiterbewegung.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément