HELMER Oskar

Né le 16 novembre 1887 à Tattendorf en Basse-Autriche ; mort à Vienne le 13 février 1963 ; dirigeant social-démocrate ; ministre de l’intérieur de 1945 à 1959.

Fils d’un garde-chasse du domaine princier d’Oberwaltersdorf en Basse-Autriche, Oskar Helmer se joignit au mouvement ouvrier après l’école primaire, alors qu’il était apprenti imprimeur à Wiener-Neustadt. A l’âge de dix-huit ans, il militait plus particulièrement parmi les ouvriers du textile de Oberwaltersdorf et de Teesdorf. Il fonda en 1903 un groupe local de jeunes ouvriers. En 1904, il se rendit à Vienne, puis, à partir de 1907, il voyagea dans la plupart des pays européens. Au cours de ses séjours en Allemagne et en Suisse, il se familiarisa avec les mouvements ouvriers de ces pays, assista au congrès socialiste international de Stuttgart en 1907 et travailla comme rédacteur adjoint à la Leipziger Volkszeitung (Gazette populaire de Leipzig), organe local du Parti social-démocrate allemand. A son retour en Autriche, il devint secrétaire du parti dans le district de Wiener-Neustadt. En 1910, il quitta son travail et entra à la rédaction de la Gleichheit (Egalité) à Wiener-Neustadt.
Pendant le Première Guerre mondiale, il servit dans la marine à Pola, Spalato et Cattaro ; en 1917, il entra en contact avec les Conseils de marins. Il retourna en Autriche le 16 février 1919 après avoir organisé la rentrée des troupes. En 1919, il fut élu au « Landtag » (Assemblée régionale) de Basse-Autriche et devint en 1927 chef adjoint du gouvernement de ce « Land », poste qu’il conserva jusqu’en février 1934. Il appartenait au courant traditionnel de Basse-Autriche ; très proche des idées « révisionnistes » de Renner et de Renner lui-même, il se rangea à ses côtés contre Otto Bauer dans la question du gouvernement de coalition dès 1920. Élu en 1933 au Comité directeur du parti, membre du Comité exécutif restreint, il fut l’un des principaux représentants du courant de droite du groupe de Basse-Autriche. Ainsi il négocia avec les chrétiens-sociaux de Basse-Autriche avant février 1934, puis avec le gouvernement Dollfuss. Arrêté en février 1934, il entra dans les assurances après sa libération. A ce titre, il voyagea, ce qui lui permit de maintenir les contacts avec le groupe des « vieux » sociaux-démocrates dont il fut le porte-parole auprès du gouvernement. Après une brève incarcération lors de l’Anschluss en 1938, il mit une sourdine à son activité militante. Il fut incarcéré lors de la vague d’arrestations qui suivit l’attentat contre Hitler en juillet 1944 ; l’avance des troupes soviétiques sur Vienne lui évita d’être envoyé au camp de concentration de Dachau.
Il était sur place en avril 1945, ce qui lui permit d’entreprendre avec Adolf Schärf la reconstitution du Parti socialiste autrichien, et d’en prendre la tête. Membre du Comité exécutif restreint, vice-président du parti, vice-président du groupe parlementaire socialiste, il fut aussi le président de la puissante fédération de Basse-Autriche. Une des personnalités les plus importantes de l’aile droite du Parti, très anti-communiste, il fut nommé sous-secrétaire d’État dans le gouvernement provisoire de Renner, le 26 avril 1945, et devint ministre de l’intérieur le 25 novembre de la même année. Il se heurta souvent dans cette fonction aux représentants de la puissance d’occupation soviétique sur le problème des prisonniers de guerre, des réfugiés, etc...
Le 24 juin 1957, il démissionna de son poste de président de l’organisation du parti socialiste de Basse-Autriche au profit de Franz Popp. Le 16 juillet 1959, après quatorze ans de service, il quitta le ministère de l’intérieur ainsi que la vice-présidence du Parti socialiste autrichien. Dès lors, il se consacra à l’Association pour l’histoire du mouvement ouvrier qu’il avait contribué à fonder le 12 février 1959 et dont il fut le président.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article197484, notice HELMER Oskar, version mise en ligne le 28 novembre 2017, dernière modification le 21 novembre 2018.

ŒUVRES : Œsterreichs Kampf um die Freiheit (La Lutte de l’Autriche pour la liberté), Vienne, Volksbuchhandlung, 1919, 36 p. — Die niederœsterreichische Gemeinde, ihre Verfassung und Verwaltung (La Commune en Basse-Autriche, sa constitution et son administration), Vienne, 1924, 182 p. — Fünfzig Jahre erlebte Geschichte (Cinquante ans d’histoire vécue), Vienne, Volksbuchhandlung, 1957, 375 p. — Vierzig Jahre Burgenland — Ein Land wählt die Freiheit (Quarante ans d’histoire dans le Burgenland ; un pays choisit la liberté), Vienne, Volksbuchhandlung, 1961, 108 p. — Ausgewählte Reden und Schriften (Discours et écrits choisis), édités par Jacques Hannak, Vienne, Europa Verlag, 1963, 128 p. — Außruch gegen das Unrecht. Zur Geschichte der sozialdemokratischen Arbeiterbewegung im Viertel unter dem Wienerwald (Révolte contre l’injustice. Contributions à l’histoire du mouvement ouvrier social-démocrate dans la région du bas Wienerwald), Vienne, Volksbuchhandlung, 1964, 159 p.

SOURCES : Das Leben eines Kämpfers für den Sozialismus — Oskar Helmer zum 60 Geburtstag (La Vie d’un militant socialiste — A l’occasion du 60a anniversaire d’O.H.). Préface de Karl Renner, Vienne, 1947, 32 p. — Werk und Widerhall. Grosse Gestalten des œsterreichischen Sozialismus (L’Œuvre et son écho. Grandes personnalités du socialisme autrichien), édité par Norbert Leser, Vienne, 1964.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément