HABERMANN Gustav, dit Habrman

Par Jiri Koralka

Né le 24 janvier 1864 à Ceska Trebova en Bohême de l’Est ; mort le 22 mars 1932 à Prague ; homme politique et journaliste social-démocrate de Bohême.

D’une famille ouvrière, lui-même tourneur sur bois, le jeune Gustav vécut à Vienne où il milita au sein de la tendance dite « radicale » du mouvement socialiste et partageait les idées de l’anarchiste Johann Most. A l’occasion de la découverte de l’imprimerie clandestine du périodique Die Zükunft (L’Avenir), en septembre 1884, Habrman fut arrêté et condamné à une peine de prison. En août 1887, il fut libéré et partit pour la France. Dès le début de l’année 1888 et en 1889, il vécut à Paris où il entretint des rapports avec les milieux anarchistes. En 1889, il quitta Paris pour l’Amérique où il étudia, travailla comme tourneur et, plus tard, participa à la rédaction du périodique des émigrés ouvriers tchèques Pravo lidu (Le Droit du Peuple), ainsi qu’à celle d’une revue anarchiste Volné listy (Feuilles libres). Vers 1895, il évolua vers des conceptions social-démocrates. En 1897, revenu au pays, il s’adonna avant tout au journalisme et rédigea toute une série de périodiques socialistes : le journal de Brünn (Brno) Rovnost (L’Egalité), 1897-1900 ; le journal Delnické listy (Le Journal ouvrier), paraissant à Vienne, 1900- 1901 ; le quotidien de Plzen Nova doba (la Nouvelle Epoque) à partir de 1901. Il fut élu député au Conseil d’Empire autrichien (Reichsrat) en 1907.
Pendant la Première Guerre mondiale, Habrman collabora avec le professeur T.-G. Masaryk, devenu plus tard Président de la République tchécoslovaque. Au cours de la guerre, Habrman devint le leader du courant nationaliste au sein de la social-démocratie tchèque. En 1917, il prit part à la conférence de Stockholm et réclama une paix sans annexions et sans réparations L’année suivante, il se prononça contre le traité de Brest-Litovsk (3-7 mars 1918).
Après la formation de la République tchécoslovaque (1918), Habrman fut élu député, puis sénateur et le resta jusqu’à sa mort. De 1918 à 1925, il appartint à l’équipe gouvernementale du Parti social-démocrate — voir vol. Tchécoslovaquie.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article197467, notice HABERMANN Gustav, dit Habrman par Jiri Koralka, version mise en ligne le 28 novembre 2017, dernière modification le 21 novembre 2018.

Par Jiri Koralka

ŒUVRES : Aus meinem Leben. Erinnerungen ans den Jahren 1876-1877,1884-1896 (Mémoires des années 1876-1877, 1884-1896), Traduction allemande de Regina Adler, publiée en 1919 à Vienne avec une préface de Friedrich Adler. — Z mého zivota (Ma vie), Ire éd. Plzen, 1904 ; 2e éd. Prague, 1924. — Mé vzpominky z valky (Mes souvenirs de la guerre) Prague, 1928. — Cesta k socialismu (Le chemin vers le socialisme) Prague, 1932. — Vlady v boji s hospodarskou krisi, nezamestnanosti a drahatou (Le Gouvernement dans sa lutte contre la crise économique, le chômage et la vie chère), Prague, 1926. — Vspominky a nazory (Souvenirs et opinions), Plzen, 1934, (éd. V. Vlasak).

SOURCE : A l’occasion du soixantième anniversaire de Habrman, on publia un recueil d’articles écrits par quelques-uns de ses contemporains et par ses collaborateurs sous le titre Güstav Habrman, 1864-1924, Plzen, 1924.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément