AUSTERLITZ Friedrich

Né le 25 avril 1862 à Hochlieben, en Bohême ; mort à Vienne le 5 juillet 1931. Rédacteur en chef de l’Arbeiter Zeitung et dirigeant social-démocrate. Député (1919-1931).

Issu d’une pauvre famille juive, Friedrich Austerlitz, après une scolarité incomplète, entra, à l’âge de dix-sept ans, comme commis dans un magasin de Leipa en Bohême ; il travailla ensuite à Innsbruck, puis à Vienne. Bien qu’il n’eût pas beaucoup de goût pour son métier, il fut apprécié et devint fondé de pouvoir chez « Levy und Kern ». Cependant, il s’intéressait à la littérature, à la philosophie et devint un fervent du « Burgtheater ». Il adhéra à l’« Association des commerçants viennois » où il déploya bientôt une grande activité. Il entra en conflit avec la direction à cause de ses idées sociales progressistes et il fut exclu avec le groupe de ses partisans. Il fonda avec eux l’« Association des employés de magasin » pour lutter contre les mauvaises conditions de travail des commis. Son action le fit connaître et il fut appelé en tant qu’expert lors d’une enquête sur les conditions de travail dans les divers métiers, enquête menée par la Chambre des députés autrichienne.
A sa création, le journal Der Handlungsgehilfe (Le Commis) le prit comme rédacteur. Les qualités dont il fit preuve alors attirèrent sur lui l’attention de Victor Adler qui le fit entrer à l’Arbeiter Zeitung (Journal des Travailleurs), organe du Parti social-démocrate. Brillant journaliste, il devait y travailler pendant trente-six ans ; quand le journal devint quotidien — 1er janvier 1895 — il fut nommé rédacteur en chef.
Victor Adler était particulièrement fier d’avoir découvert Austerlitz. Il écrivit à Engels : « J’ai eu la chance inouïe de trouver un rédacteur d’une efficacité rare et d’une capacité de travail inhabituelle : Austerlitz, retiens bien ce nom, ce garçon fera parler de lui !... Le littéraire lui colle encore un peu à la peau, mais c’est un brave type et, comme dit précédemment, une capacité de travail phénoménale » Sous la direction d’Austerlitz, l’Arbeiter Zeitung s’avéra une arme efficace du Parti social-démocrate lors de la première bataille électorale, en 1905-1906, après l’instauration du suffrage universel. Dirigeant écouté, Austerlitz fut désigné comme rapporteur dans les congrès du parti de 1903 et 1913.
Au début de la Première Guerre mondiale, il se laissa entraîner par la vague de chauvinisme et écrivit ses fameux articles : « A Paris ! » et « La journée de la nation allemande », mais, en 1916, il passa à l’aile pacifiste du parti ; dès lors, il écrivit des articles courageux contre les méfaits de la guerre et il dénonça la politique belliciste du Reich allemand et de la monarchie austro-hongroise.
Après la proclamation de la République, ses éditoriaux exprimèrent avec brio la politique du Parti social-démocrate. Après le 15 juillet 1927 (voir chronologie), les adversaires lui reprochèrent d’avoir, par son éditorial fulgurant contre l’acquittement des assassins de Schattendorf, provoqué les manifestations de masse qui se terminèrent par une sanglante fusillade dans les rues de Vienne qui fit quatre-vingt-dix morts.
Austerlitz fit partie du « Nationalrat » (Conseil national) de 1919 à sa mort. Sans être juriste, il fut désigné comme membre de la Cour constitutionnelle de 1920 à 1929. Il contribua d’une façon décisive à la mise au point des lois sur les journalistes (1920) et sur la presse (1922).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article197354, notice AUSTERLITZ Friedrich, version mise en ligne le 28 novembre 2017, dernière modification le 24 octobre 2018.

ŒUVRES : Wer ist Wähler und wie wählt man ? Eine Erläuterung des œsterreichischen Wahlrechtes (Qui vote et comment ? Une explication du droit de vote autrichien), Vienne, 1897, 144 p. — Ein Militärurtheil in Œsterreich. Die Wechsel der Prinzessin Louise von Coburg. (Une Sentence militaire en Autriche), Vienne, 1902, 46 p. — Pressfreiheit und Pressrecht. Eine Studie über den Pressgesetzentwurf, (Liberté de la presse et droit de la presse. Une étude sur le projet de loi sur la presse) Vienne, 1902, 126 p. — Das neue Wahlrecht. (La nouvelle loi électorale.) Vienne, 1907, 166 p. — Austerlitz spricht. Ausgewählte Aufsätze und Reden von Friedrich Austerlitz. (Austerlitz parle. Articles et discours choisis de Friedrich Austerlitz). Edités par Julius Braunthal. Vienne, 1931, 335 p.
Traduit en français .* « Le Problème autrichien », in Le Mouvement socialiste, no. 127, 1er septembre 1903 ; np. 128, 15 septembre 1903.
Manuscrits ; Cinq lettres (1897-1917) à Kautsky, Institut international d’Histoire sociale, Amsterdam.

SOURCES : Arbeiter Zeitung (Journal des Travailleurs) 6 juillet 1931. — Archiv, 1964, no. 2, p. 41. — Werk und Widerhall. Grosse Gestalten des œsterreichischen Sozialismus (L’Œuvre et son écho. Grandes personnalités du socialisme autrichien), édité par Norbert Leser, Vienne, 1964.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément