AFRITSCH Joseph

Né le 13 mars 1901 à Graz ; mort à Vienne le 26 août 1964 ; fils d’Anton Afritsch ; horticulteur ; militant socialiste ; ministre de l’intérieur.

Joseph Afritsch était le second enfant d’Anton Afritsch, fondateur des « Kinderfreunde » (Les Amis de l’Enfance). Après l’école primaire, il choisit le métier de jardinier, étudia à l’école supérieure d’arboriculture et d’horticulture, puis travailla en Bohême du Nord, en Thuringe et dans le Schleswig-Holstein avant d’entrer, en 1923, dans l’administration des jardins municipaux de Vienne où il resta jusqu’en 1942.
Depuis sa jeunesse, Afritsch militait dans les rangs des Kinderfreunde au développement desquels il prit une part essentielle. Dans les décennies troublées qui suivirent 1918, il eut à prendre position à plusieurs reprises et il déploya une activité intense. Lors des journées de février 1934, il organisa une vaste action de solidarité en faveur des victimes des combats. Après l’Anschluss, en mars 1938, et jusqu’à son arrestation en 1942 par la Gestapo, il apporta toute l’aide possible à la protection des antifascistes poursuivis par le régime hitlérien.
Après avoir purgé une peine d’un an de prison, il fut requis par le service du travail obligatoire dans l’usine de fabrication de moteurs d’avions de Wiener-Neustadt. En 1944, il fut de nouveau arrêté et condamné à deux ans de prison, mais il parvint à s’échapper et se cacha chez des amis à Vienne. Après la libération de l’Autriche, il fonda la Volkshilfe (Secours populaire d’aide sociale) dont il fut le président.
Le 20 avril 1945, il fut nommé par Theodor Kœmer — alors maire de Vienne — sénateur de la ville, chargé des « affaires générales ». Aux élections de 1945, il fut élu membre du conseil municipal et député au « Landtag » (Assemblée régionale de Vienne qui ne fait qu’un avec le conseil municipal de la capitale) ; il fut réélu en 1949, 1954 et 1957. Lors du renouvellement du gouvernement fédéral d’Autriche, en juillet 1959, le Parti socialiste, au Comité directeur duquel il appartint, lui fit confier le portefeuille de ministre de l’intérieur qu’il conserva jusqu’en mars 1963.
De 1962 jusqu’à sa mort, il fut député au « Nationalrat » (Conseil national). Peu avant sa mort, il fut nommé commissaire à l’Exposition horticole internationale de Vienne et ce fut là sa dernière activité officielle.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article197343, notice AFRITSCH Joseph, version mise en ligne le 28 novembre 2017, dernière modification le 22 octobre 2018.

SOURCE : Amisblait der Stadt Wien (Bulletin officiel de la ville de Vienne).

Version imprimable Signaler un complément