ABRAM Simon

Né le 3 avril 1871 à Innsbruck ; mort à Innsbruck le 5 mars 1940 ; dirigeant social-démocrate du Tyrol.

Simon Abram connut une enfance extrêmement difficile. Il dut commencer à travailler à la mort de son père, alors qu’il n’avait que quatre ans et que sa mère restait seule avec six enfants. La misère le contraignit à quitter trop tôt l’école communale après cinq ans d’études. Il travailla à l’âge de douze ans comme manœuvre dans une fabrique de textile à Innsbruck. Trois ans plus tard, il parvint à entrer comme apprenti chez un tourneur. Lors de son « tour de compagnonnage », il adhéra aux idées socialistes et, dès son retour en Autriche, il fonda à Saalfelden un Cercle ouvrier social-démocrate. A l’automne de 1898, il rentra dans sa ville natale où il milita activement. Excellent organisateur et orateur combatif, il devint l’un des dirigeants du Parti social-démocrate au Tyrol, le bras droit de Holzhammer. Conseiller municipal d’Innsbruck, il fut élu en 1907 au « Reichsrat » (Conseil d’Empire) où il fit, en juin 1908, un discours retentissant sur le système scolaire et les menées cléricales au Tyrol. Réélu au « Reichsrat » en 1911, il fut membre de l’Assemblée nationale provisoire en octobre 1918.
Pendant la Première République, il fut directeur des coopératives ouvrières et président de l’organisation social-démocrate régionale. A partir de 1919, il siégea sans interruption au « Nationalrat » (Assemblée nationale) jusqu’à sa dissolution en 1933.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article197335, notice ABRAM Simon, version mise en ligne le 28 novembre 2017, dernière modification le 26 juin 2018.

SOURCES : Fragments autobiographiques (inédits). — Oswald Knauer, Das osterreichische Parlement von 1848 bis Î966 (Le Parlement autrichien 1848-1966), Vienne, 1969.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément