BENOIST Philippe [BENOIST Hippolyte, François, Philippe]

Par Jean-Michel Miel

Né vers 1807 à Castellazzo, département de Marengo (Italie),mort le 5 juin 1866 à Paris (XIe arr.) ; médecin à Chauny (Aisne).

Louis Bergeron et Philippe Benoist lors du procès de 1933.
Société des droits de l’Homme, Procès du coup de pistolet, Paris, Lagarde Jeune, 1833

Hippolyte François Philippe Benoist est né vers 1807 à Castellazzo, département de Marengo (Italie). Il est le fils de Paul Benoist, receveur de l’enregistrement, et de Thérèse Buzzi, née à Castellazo. Le père de Benoist était probablement en poste dans l’administration occupante lorsqu’il a rencontré son épouse en Italie.
La famille vint ensuite s’installer à Paris. Phlippe Benoist devint docteur en médecine et alla exercer à Chauny (Aisne), où il acquit l’estime générale et une nombreuse clientèle. Lorsque survint l’épidémie de choléra, en 1832. Il fit preuve d’un grand dévouement, d’abord à Paris, puis à Chauny, où il soigna gratuitement 393 indigents, effectua 3250 visites et parcourut 409 lieues.
Le 19 novembre 1832, il se rendit à Paris, pour visiter son père et un ami originaire de Chauny, Louis Bergeron, un chef de section de la Société des droits de l’Homme. Le même jour se déroulait l’ouverture des Chambres. Lors du passage du cortège de Louis-Philippe sur le pont Royal, un coup de feu fut tiré sur le roi sans l’atteindre. On arrêta rapidement Bergeron et on alla appréhender Benoist reparti à Chauny. Bergeron était accusé d’avoir tiré sur le roi, et Benoist d’être son complice. Le procès s’ouvrit en mars 1833. Fautes de preuves, les deux jeunes hommes furent acquittés.
Benoist continua d’exercer la médecine à Paris, où il est mort le 5 juin 1866 (11ème arrondissement), à l’âge de cinquante-neuf ans.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article196593, notice BENOIST Philippe [BENOIST Hippolyte, François, Philippe] par Jean-Michel Miel, version mise en ligne le 31 octobre 2017, dernière modification le 2 novembre 2017.

Par Jean-Michel Miel

Louis Bergeron et Philippe Benoist lors du procès de 1933.
Société des droits de l’Homme, Procès du coup de pistolet, Paris, Lagarde Jeune, 1833

SOURCES : État civil Paris et Chauny. — Société des droits de l’Homme, Procès du coup de pistolet, publié par deux sectionnaires, Paris, Lagarde Jeune, 1833.

Version imprimable Signaler un complément