DELARBRE Jean Baptiste [pseudonyme dans la résistance : Sambille]

Par Michel Thébault

Né le 23 juin 1921 à Aubusson (Creuse), mort en action le 8 juillet 1944 à Brezons (Cantal) ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI) et Mouvements Unis de la Résistance (MUR).

Originaire de la Creuse, il était le fils de Louis Delarbre et de Marie Joulot. Il se maria à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) le 25 avril 1942 avec Renée, Marcelle Fayd. Il habitait 19 avenue de la République à Clermont-Ferrand. Il rejoignit fin mai – début juin 1944 les maquis du Mont Mouchet. En effet, en mars-avril 1944, des responsables des MUR envisagèrent de replier et regrouper leurs forces dans des « réduits » plus faciles à défendre. A la mi-avril, Emile Coulandon (colonel Gaspard) commandant régional de l’AS et chef des FFI d’Auvergne rencontra à Montluçon un agent du réseau Buckmaster (SOE), le major Maurice Southgate pour lui proposer d’organiser un réduit au Mont Mouchet. Le principe d’une forte concentration de maquisards accompagnée de parachutages massifs d’armes fut alors retenu et accepté par Londres. Le 20 mai, un ordre de mobilisation générale et de regroupement au Mont Mouchet fut donné. Il est vraisemblable que Jean Baptiste Delarbre à l’exemple de nombreux clermontois s’engagea alors dans les Forces françaises de l’Intérieur (FFI) et rejoignit le secteur du Mont Mouchet. Dès le début du mois de juin la brigade mobile de répression du général Kurt von Jesser fut chargée de réprimer et d’anéantir les maquis de la région. Chassés du secteur du Mont-Mouchet, les maquisards se replièrent dans le Cantal, dans un premier temps, dans le « réduit de la Truyère » puis dans le secteur du Plomb du Cantal : « pendant une dizaine de jours (du 21 juin au 1er juillet), les plateaux de la Haute Planèze, les vallées du Siniq, du Goul, du Brezons, de l’Epie, du Lagnon, cachèrent un effectif élevé, en fait le gros de l’armée auvergnate... 1000 à 1500 combattants... Le 7 juillet, il restait moins de 4 à 500 hommes dans la région Prat-de-Bouc, Paulhac, Cézens, Brezons, Le Bourguet, Malbo, Pailherols." (Eugène Martres op. cit.). Le 8 juillet 1944 trois colonnes allemandes représentant 1800 hommes attaquèrent dans la vallée de Brezons. Au nord de la vallée une unité allemande s’avança depuis Le Bourguet jusqu’à Lustrande où des éléments de la 43e compagnie FFI dirigée par Charles Gausseres dit "Kléber" étaient retranchés. Dans le combat, cinq maquisards dont Jean Baptiste Delarbre et deux civils furent tués.
Il obtint la mention mort pour la France et son nom figure sur le mémorial de la résistance creusoise à Guéret (Creuse).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article196392, notice DELARBRE Jean Baptiste [pseudonyme dans la résistance : Sambille] par Michel Thébault, version mise en ligne le 23 octobre 2017, dernière modification le 8 mai 2019.

Par Michel Thébault

SOURCES : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 496 : liste des fusillés, des massacrés dans la région du Puy-de-Dôme, 1er mars 1945 .— AVCC : AC 21 P 115153. Dossier Jean Delarbre (non consulté) .— SHD Vincennes : GR 16 P 166678. Dossier de résistant de Jean Delarbre (non consulté) .— Eugène Martres, Le Cantal de 1939 à 1945 ; les troupes allemandes à travers le Massif central, Éditions De Borée, 1993. — Site Brezons — Mémoire des Hommes — Mémorial Genweb. —État civil

Version imprimable Signaler un complément