CHARDAVOINE Albert, dit aussi Alexandre

Par Jacques Blanchard

Né le 7 avril 1899 à Avy (Charente-Inférieure, Charente-Maritime), mort en déportation le 23 février 1945 à Ebensee ; ponceur puis camelot ; militant communiste ; déporté.

Frère de Jean Chardavoine, Albert Chardavoine fut manœuvre en 1932, ponceur, puis camelot. Un rapport de police le qualifiait d’« ancien mutin de la Mer Noire ».

Propagandiste du Parti communiste, il prit la parole dans de nombreuses réunions. Il fut longtemps responsable de la section de Niort du Parti. Déjà candidat communiste en 1934 au conseil d’arrondissement de Niort II, il se présenta en 1936 aux élections législatives dans la circonscription de Melle (Deux-Sèvres), mais ne fut pas élu. Il était un des dirigeants communistes de Dugny (Seine, Seine-Saint-Denis) vers 1938-1939.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il fut arrêté, interné à Châteaubriant, au camp de Voves (Loire-Inférieure) puis à Romainville le 12 octobre 1943. Il fut déporté vers le camp de Neue Bremm et non pas fusillé par les Allemands comme il est souvent écrit. Classé « NN », il partit le 25 octobre 1943 de la garde de l’Est à Paris. Chardavoine fut transféré par la suite à Mauthausen (matricule 39457) puis à Ebensee où il mourut.

Son nom fut donné à une cellule communiste de Niort et, par décision du conseil municipal du 27 juin 1975, à une rue de Niort.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article19451, notice CHARDAVOINE Albert, dit aussi Alexandre par Jacques Blanchard, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 12 avril 2017.

Par Jacques Blanchard

SOURCES : Arch. Nat. F7/13130. — Arch. Dép. Deux-Sèvres, 3 M 11/41, 4 M 11/3, 4 M 11/4. — Louis Bordes, Stains et son histoire, 1979 — Dictionnaire des rues de Niort, Geste éditions. - Notes de Jean-Pierre Besse et de l’AFMD DT 44.

Version imprimable Signaler un complément