CHAMPANHET Marcel, Marius

Par Roger Pierre

Né le 28 novembre 1895 à Privas (Ardèche), mort le 14 mars 1974 à Lyon (Rhône) ; rédacteur, puis chef de bureau à la préfecture de Privas ; militant socialiste de l’Ardèche.

Le père de Marcel Champanhet, originaire d’Alba, canton de Viviers (Ardèche), était artisan à Privas, où sa mère exerça jusqu’en 1935 le métier de sage-femme ; Marcel était l’aîné de quatre enfants. Il fit de bonnes études secondaires, classiques et littéraires, au collège d’Aubenas (Ardèche) et il aurait souhaité s’orienter vers la médecine, ce que ne lui permirent pas les ressources familiales.
Engagé volontaire en 1914, il servit au 363e régiment de ligne, dont il fut l’un des rares survivants ; grièvement blessé en octobre 1918, à la veille de l’armistice, décoré de la croix de guerre avec palmes et de la médaille militaire, il écrivit pendant sa convalescence divers essais et poèmes, entreprit des recherches sur l’histoire de Privas, et créa avec quelques amis un cercle d’études occitanes. Membre de la « Société des écrivains de province », il obtint en 1923, pour ses poèmes écrits en langue d’oc, le prix de poésie décerné par cette association au titre des « Jeux Floraux ».
En 1920, il avait été reçu brillamment au concours de rédacteur à la préfecture et il fut promu par la suite chef de bureau. Secrétaire de l’Association mutuelle des anciens combattants et démobilisés comptant en 1928 près de 400 adhérents dans l’Ardèche, membre fondateur de plusieurs coopératives ouvrières en Basse-Ardèche, il était adhérent de la SFIO et il assura longtemps le secrétariat de la section de Privas.
Admirateur de Jaurès* et adepte de Marx, lié d’amitié avec les professeurs Elie Reynier* et Ludovic Bacconnier* dont il partageait le goût pour l’histoire sociale et les aspirations unitaires, Marcel Champanhet prit parti pour « le courant de gauche », dans la lutte des tendances qui divisait la Fédération socialiste de l’Ardèche. Il fut dans la section de Privas, en 1932, l’un des deux adhérents qui se prononcèrent contre la participation ; devant la montée du fascisme et des dangers de guerre, il œuvra pour l’unité d’action, participa aux premières manifestations communes des socialistes et des communistes, et se prononça catégoriquement pour la défense de l’URSS. Il contribua à la création à Privas, en août 1933 d’un comité des Amis de l’Union soviétique et participa avec plusieurs de ses amis politiques à la constitution d’une Fédération départementale. Dans un article que publia en octobre 1933 la revue Russie d’Aujourd’hui, il exprimait les raisons de sa sympathie pour le pays du socialisme : « Avant tout, je suis un ami de l’URSS parce que marxiste. J’ai donné mon adhésion à notre groupement avec le désir de défendre l’Union soviétique, la véritable patrie des petits et des humbles.
« On veut concrétiser là-bas la doctrine qui nous est chère ; encourageons pour cela nos camarades de Russie, c’est notre devoir le plus élémentaire. Nous pourrons un jour bénéficier de leur expérience... »
Ses fonctions à la préfecture où il fut affecté de juin 1940 à 1944 au service des requis lui permirent de rendre de grands services à la Résistance. Sa complicité facilita l’établissement de faux-papiers et le détournement de nombreux jeunes destinés au STO vers les maquis de l’AS et des FTP.
À la Libération, Marcel Champanhet entra au conseil municipal dirigé par son camarade et ami Ludovic Bacconnier, mais il ne suivit pas ce dernier au PC ; il reconstitua la section socialiste de Privas avec Emir Lardeur* et quelques autres anciens membres du parti.
Nommé juge assesseur au tribunal des enfants, cet homme à l’esprit curieux et éclectique, qui était attiré par les sujets les plus divers, reprit ses recherches historiques et généalogiques, s’intéressa à l’apiculture, et lorsqu’une mort brutale le surprit, il avait l’intention d’écrire une histoire de la Résistance, pour laquelle il a laissé des notes manuscrites.
Marcel Champanhet était marié et père d’un garçon.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article19334, notice CHAMPANHET Marcel, Marius par Roger Pierre, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Roger Pierre

SOURCES : La Provence ouvrière et paysanne, octobre 1926. — L’Ardèche socialiste, 1928-1934. — Souvenirs d’A. Demontès, et renseignements recueillis par lui auprès de Jacques Champanhet.

Version imprimable Signaler un complément