DADA Jean

Né en 1817 (entre 17 et 19) à Dames-Saintes (Cher), domicilié à Sainte-Lizaigne (Indre) en 1851, ouvrier laveur de mines à la forge de Reblay.

Arrêté à la suite du coup d’Etat de décembre 1851 et emprisonné, il ne fut relâché que début février 1852. Il avait « été réveillé dans la nuit du 4 au 5 décembre par Jamet fils qui lui a dit qu’Issoudun était en insurrection, et de se tenir prêt ». Jean Dada avait répété ces propos à la forge, mais il fut jugé « peu dangereux » selon l’instruction de son dossier. Les ouvriers de la forge n’avaient pas répondu à son appel à rejoindre la tentative d’insurrection. Jean Dada en 1852 était marié et père de deux enfants.
En 1882, pour ces deux mois d’emprisonnement, Jean Dada perçut une rente annuelle de 100 Francs dans le cadre de la loi d’indemnisation des victimes politiques du pouvoir impérial.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article192491, notice DADA Jean, version mise en ligne le 22 mai 2017, dernière modification le 22 mai 2017.

SOURCES : Arch. Dép. Cher 2U233. – L’Echo des Marchés, octobre 1882. – Notes J-L Labbé.

Version imprimable Signaler un complément