CHABAL Léopold

Par Roger Pierre

Né le 11 avril 1896 à Valdrôme (Drôme), mort le 19 avril 1961 à Valdrôme ; instituteur ; militant syndicaliste et socialiste de la Drôme.

Léopold Chabal appartenait à une famille protestante de Valdrôme, où son père était cordonnier. Il fit des études secondaires à l’École protestante de Mens (Isère) et entra à l’École normale d’instituteurs de Valence (Drôme) en 1902. Il fut nommé après son service militaire à Montlaur-en-Diois, puis à Saillans et, en 1908, dans son village natal où il enseigna jusqu’en 1931. Adhérent dès 1906 à l’Amicale des instituteurs, puis au syndicat, il écrivit après la guerre, pendant laquelle il fut mobilisé, des articles pour divers journaux pédagogiques, milita localement à la Ligue des droits de l’Homme, à la Libre pensée, au Parti socialiste, mais il était peu connu hors du Haut-Diois lorsqu’en 1930, élu au conseil de la section syndicale des instituteurs sur la liste « majoritaire » qui avait mené campagne sous le signe de l’anticommuniste, il en fut nommé secrétaire général bien qu’habitant à l’extrémité du département ; mis en minorité au bout d’un an, il démissionna ; mais nommé entre temps à l’école annexe de garçons de Valence, il devint en 1932 secrétaire du Cartel des services publics qui formait alors le gros des forces de l’Union départementale CGT et fit, à travers le département, une campagne de conférences sur la crise économique et le syndicalisme.
Peu favorable à l’unité d’action, Chabal fut en 1935 remplacé par le communiste Chapuis* et consacra dès lors son activité à la fédération socialiste dont il était, depuis 1934, l’un des secrétaires adjoints ; il prit en mai 1936 la responsabilité de l’hebdomadaire fédéral La Volonté socialiste et l’abandonna en 1937 lorsqu’il fut nommé directeur au cours complémentaire de Loriol.
Mis à la retraite en décembre 1940, il se retira à Valdrôme, s’y livra à ses passions pour la pêche et la chasse, participa à la Résistance dans le Haut-Diois où il fut en 1944 président du Comité de Libération, puis candidat du Parti socialiste SFIO au conseil général en 1945 dans son canton de Luc-en-Diois ; il obtint 287 voix contre 479 voix au radical, et 490 à son compatriote et collègue communiste Albert Montlahuc, élu au second tour.
Léopold Chabal était marié et père de deux filles.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article19191, notice CHABAL Léopold par Roger Pierre, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Roger Pierre

ŒUVRE : Collaboration à L’École et la Vie (1922-1923), au Manuel général de l’Instruction Primaire, au Journal de Die (1922-1953).

SOURCES : Bulletin du syndicat des instituteurs (section Drôme). — L’Action Syndicaliste, 1933-1935. — La Volonté Socialiste. — Registre de PV de l’Union des syndicats confédérés de la Drôme, 1932-1933. — Renseignements communiqués par la famille.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément