MATTHEY Jeanne, épouse Arnould, dite Jenny

Par Marianne Enckell

Née à Genève le 12 avril 1830, morte à Paris (6e arr.) le 24 décembre 1886. Institutrice, épouse d’Arthur Arnould.

Jeanne Matthey habitait Paris en 1867 quand elle épousa le journaliste Arthur Arnould. de trois ans son cadet, le 8 octobre, à la mairie du 11e arr. Leurs témoins étaient quatre journalistes, Arthur Ranc, Jules Vallès, Jules Claretie et Henry Maret.

Après l’écrasement de la Commune, elle rejoignit son mari à Genève, sans doute en automne 1871, où elle se montra « courageuse et dévouée ». La mère d’Arnould vivait avec eux et apportait une petite pension qui ne suffisait pas aux besoins communs. Jenny se mit alors à vendre de la volaille au marché (que des parents expédiaient de Bourg-en-Bresse, selon Lucien Descaves), se levant avant le jour. Selon le rapport d’un indicateur, « on l’eût adorée à genoux pour son brave cœur, et il n’est pas un des réfugiés qui ne professe pour Mme Arnould la plus respectueuse admiration ».

Avec son mari, elle passa près d’un an à Buenos Aires, habita Lugano (où elle cuisinait souvent pour Bakounine), Genève à nouveau, puis rentra après l’amnistie à Paris, où elle mourut en 1886.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article191502, notice MATTHEY Jeanne, épouse Arnould, dite Jenny par Marianne Enckell, version mise en ligne le 19 avril 2017, dernière modification le 23 janvier 2019.

Par Marianne Enckell

Sources : Arch. PPO BA 936, citées sur le blog de Michèle Audin, macommunedeparis.com — Arthur Arnould, « Michel Bakounine », La Nouvelle Revue, 1er août 1891. — Jules Vallès, Le Proscrit, correspondance avec Arthur Arnould, EFR 1950. — Lucien Descaves, Philémon…, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément