MICHELET François

Ouvrier serrurier de 38 ans en 1851, né à Bourges (Cher), domicilié à Issoudun (Indre), emprisonné suite au coup d’Etat du deux décembre 1851.

« Sans fortune, marié et père de deux enfants, lié avec les démagogues qui fréquentaient les mêmes cabarets que lui » selon son dossier d’instruction judiciaire, François Michelet fut arrêté à la suite du coup d’Etat du 2 décembre 1851 et emprisonné à la maison d’arrêt de Châteauroux. Jugé « peu dangereux » et après plusieurs semaines de prison, ce démocrate socialiste, comme il en existait beaucoup à Issoudun pendant la Seconde République, fut relâché au début du mois de février 1852. En 1882, sa veuve Louise (née Valentin) perçut une rente annuelle de 400 Francs en application de la loi d’indemnisation des victimes politiques du coup d’Etat bonapartiste de 1851. Louise Michelet était alors lingère à Paris.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article191347, notice MICHELET François, version mise en ligne le 9 avril 2017, dernière modification le 9 avril 2017.

SOURCES : Arch. Dép. Indre. – L’Echo des Marchés octobre 1882. – Notes J-L Labbé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément