CAUDRON Télesphore, Henri, Maurice

Par Gilles Morin

Né le 3 février 1891 à Bruay-en-Artois (Pas-de-Calais), mort le 14 mai 1959 à Paris ; ingénieur des mines ; maire socialiste de Bruay-en-Artois (1949-1959), conseiller général d’Houdain (1958-1959), député (1958-1959).

Né dans une famille ouvrière de Bruay-en-Artois, Télesphore Caudron se trouva orphelin de père à l’âge de deux ans lorsque celui-ci fut tué en portant secours à des camarades blessés de la fosse n° 4. Sa mère resta seule pour élever sept enfants. Télesphore Caudron fréquenta l’école Carnot et le cours supérieur, puis devint galibot à la fosse 5 bis. Il poursuivit ses études et, après l’école primaire supérieure de Bruay, put rentrer à l’école des Mines de Douai. Il gravit tous les échelons : surveillant, porion, chef-porion, ingénieur en 1932, pour finir ingénieur principal en 1951 à l’issue de ses activités professionnelles.
Caudron effectua son service militaire en 1913 au 3e Génie à Arras, fut mobilisé le 2 août 1914, puis affecté aux mines de Bruay en juillet 1917. Il était, peu avant son décès, président de l’Association fraternelle locale des anciens combattants de 1914-1918. Il s’était marié le 19 juin 1916 avec Maria Quennesson, née le 2 février 1892 ; ils eurent deux enfants. Son fils fut tué au combat le 11 juin 1944. Sa fille, née en 1942, était mineure au moment de son décès.
Élu conseiller municipal de Bruay le 19 octobre 1947, immédiatement désigné comme 4e adjoint, il devint maire de Bruay à la mort d’Ernest Wery en novembre 1949. Il fut réélu en 1953, puis un mois avant sa mort, en mars 1959. Secrétaire adjoint de l’association des maires du Pas-de-Calais, il était membre du comité national de l’Association des maires de France en 1954. Il fut également élu Conseiller général du canton d’Houdain le 27 avril 1958, par 25 197 voix contre 24 134 au communiste Mancey qui était conseiller sortant.
Membre de la commission exécutive de la SFIO du Pas-de-Calais de 1950 à 1958, il fut par ailleurs candidat SFIO aux élections sénatoriales de juin 1958 et avril 1959. Caudron fut enfin élu député en novembre 1958 dans la 10e circonscription du Pas-de-Calais. Il siégea à la commission de la production et des échanges.
Il fut terrassé par une crise cardiaque le 14 mai 1959, à Paris et remplacé à l’Assemblée par Raymond Derancy. Une école primaire, une rue et un square de sa ville portent son nom, ainsi qu’un foyer de Dunkerque. Il avait été fait chevalier de la Légion d’honneur en 1950.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article19019, notice CAUDRON Télesphore, Henri, Maurice par Gilles Morin, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Gilles Morin

SOURCES : Arch. Nat., F7/15530, n° 16699 ; F/1b1/998 ; F/1cII/452 et 558. — Arch. OURS, dossier biographique. — Le Travailleur socialiste, n° 2, juin 1958. — Rapports des congrès de la fédération SFIO du Pas-de-Calais, 1945-1967. — J. Derville, La Fédération socialiste SFIO du Pas-de-Calais, 1944-1969, thèse d’études politiques, Paris, FNSP, 1970.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément