BARTHÉLÉMY Bénoni

Par Julien Veyret

Professeur de l’enseignement technique à Lyon (Rhône) ; militant syndicaliste du SNET.

Bénoni Barthélémy, après avoir été élève maître à l’École normale d’instituteurs de Savenay (Loire-Inférieure/Atlantique), fut élève à l’École normale supérieure de l’enseignement technique, de 1932 à 1934, section EF.

Il fut nommé professeur de lettres à l’école nationale professionnelle de Tarbes (Hautes-Pyrénées) à la rentrée 1935, puis à celle de La Martinière à Lyon à la rentrée 1937.

Militant du Syndicat national de l’enseignement technique (branche écoles et services), il fut élu, en juin 1946, titulaire au Conseil supérieur de l’enseignement technique au titre des professeurs d’ENP et des écoles nationales d’horlogerie pour les enseignements littéraires, avec 97 voix sur 106 votants. En 1947, il était le secrétaire régional du SNET de Lyon et céda sa responsabilité au début de l’année 1948 à F. Meunier. Partisan en 1948 du maintien du syndicat dans la CGT, il était en conflit notamment avec Januel, secrétaire du S1 de l’ENP de Saint-Etienne (Loire) qui voulait créer dans l’académie un syndicat à la CGT-FO.

Toujours en poste à l’ENP qui devint lycée technique La Martinière, il était l’auteur de plusieurs manuels scolaires à destination des élèves de l’enseignement technique.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article190120, notice BARTHÉLÉMY Bénoni par Julien Veyret, version mise en ligne le 4 mars 2017, dernière modification le 30 décembre 2018.

Par Julien Veyret

ŒUVRE : Pour la lecture et l’explication. Classe de 3e technique et des ENP, Hatier, plusieurs éditions. — Pour l’éducation littéraire et morale des élèves de l’enseignement technique, 1962. — Littérature, société et civilisation, textes choisis pour les classes de 1ère, pour les classes terminales des lycées techniques, classes de techniciens supérieurs, classes préparatoires aux grandes écoles techniques, édition à compte d’auteur, 1966. — L’épreuve anticipée de français au baccalauréat, 1972.

SOURCES : Arch. IRHSES (SNET et fonds Rabier). — JO, lois et décrets, du 21 septembre 1931. — l’Ecole technique, Le Travailleur de l’enseignement technique.— Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément