CASTETS Albert

Par Jean-Claude Paul-Dejean

Né le 1er octobre 1894 à Tarnos (Landes), mort en 1953 à Tarnos ; militant communiste et syndicaliste.

Fils d’un ouvrier métallurgiste, Albert Castets entra comme apprenti aux Forges de l’Adour. Il se syndiqua à la CGT en 1909. Mobilisé en 1915, il fut blessé à Verdun.
En 1921, il donna son adhésion au Parti communiste puis à la CGTU et exerça simultanément des responsabilités syndicales et politiques : il fut membre du bureau du syndicat des ouvriers métallurgistes du Boucau et de la commission exécutive de la 12e région ; il siégea au bureau du rayon communiste de Bayonne-Boucau et il fut administrateur de l’hebdomadaire L’Étincelle dont le premier numéro parut le 27 janvier 1933.
Étant un des dirigeants de la puissante et spectaculaire grève de mai-juin 1930, qui paralysa les Forges, il fut renvoyé de l’usine ; il se fit alors représentant de commerce.
En 1929, il fut élu conseiller municipal de Tarnos ; il fut réélu en 1935 et devint adjoint au maire. Aux élections législatives de 1936, il fut le candidat du Parti dans la 2e circonscription de Mont-de-Marsan (il obtint 544 voix, soit 5 % des suffrages exprimés).
Suspendu de ses fonctions le 19 octobre 1939, il était, en 1942, astreint à résidence à Saint-Martin-de-Seignaux (Landes). Il fut à la Libération maire de Tarnos jusqu’au 26 octobre 1947 puis adjoint.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article18963, notice CASTETS Albert par Jean-Claude Paul-Dejean, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Jean-Claude Paul-Dejean

SOURCES : Arch. Nat. F7/13013 et F7/13129. — Arch. Dép. Landes, 3 M 182 et 183. — Registres de la mairie de Tarnos. — L’Étincelle.

Version imprimable Signaler un complément