Tilleur (aujourd’hui commune de Saint-Nicolas, pr. et arr. Liège), 6 mai 1925 – Huy (pr. Liège, arr. Huy), 21 janvier 2017. Présidente nationale de la Jeunesse ouvrière chrétienne féminine, présidente nationale de Vie féminine, présidente nationale du Mouvement ouvrier chrétien, vice-présidente de la Fédération nationale des coopératives chrétiennes, épouse d’Arnold Wynants*.

Fille unique de Félix Kemps et d’Octavie Jadoul, Jeanine Kemps passe son enfance et sa jeunesse à Tilleur et à Flémalle-Grande. Après des humanités gréco-latines au lycée de Seraing (pr.et arr. Liège), elle milite à partir de 1943 au sein de la Jeunesse ouvrière chrétienne féminine (JOCF) dont elle devient la présidente nationale de 1948 à 1952.
Jeanine Kemps épouse peu après Arnold Wynants* (1921-1977) qui occupera, tout comme son épouse, des fonctions successives au sein des organisations sociales chrétiennes du côté francophone, dont celle de secrétaire politique du Mouvement ouvrier chrétien (MOC). Ils auront trois enfants.
À partir de 1955, Jeanine Wynants s’engage au sein des Ligues ouvrières féminines chrétiennes (LOFC) devenues en 1969 Vie féminine. Elle assure la présidence de cette organisation de 1968 à 1979. C’est à ce titre qu’elle devient vice-présidente du MOC. De 1972 à 1985, elle est membre du conseil d’administration de l’Union internationale des organismes familiaux (UIOF) et de la Coordination des organisations familiales de la Communauté européenne (COFACE). De 1975 à 1990, elle est également membre du conseil d’administration de l’Université catholique de Louvain (UCL – Louvain-la-Neuve (commune d’Ottignies-Louvain-la-Neuve, pr. Brabant wallon, arr. Nivelles).
En 1979, Jeanine Wynants succède à Victor Michel à la présidence du MOC. Elle occupe cette fonction jusqu’en 1985. À ce jour, elle est la seule femme à avoir exercé cette responsabilité. Durant cette période, elle est vice-présidente de la Fédération nationale des coopératives chrétiennes (FNCC), membre du comité de direction de la BACOB et présidente du pouvoir organisateur de l’Institut Cardijn. Elle préside également le pouvoir organisateur des Centres PMS de Huy (pr. Liège, arr. Huy) de 1977 à 1990.
Après sa mise à la retraite, Jeanine Wynants poursuit diverses activités. Elle préside la Commission Justice et Paix de Belgique (francophone) de 1987 à 1994 et la Commission Justice et Paix Europe de 1993 à 1996. En 1994, elle est la première femme nommée consulteur du Conseil pontifical Justice et Paix, par le pape Jean-Paul II. Elle exercera ce mandant jusqu’en 1999.
Jeanine Wynants milite également au sein du mouvement des Aînés du MOC. Elle est membre de la Commission internationale du MOC en charge du dossier Afrique-Grands Lacs. Elle est active dans une maison d’accueil pour les sans domicile fixe, l’Escale, qui est le résultat d’une collaboration entre la paroisse, la commune et le Centre public d’action sociale (CPAS) de Wanze (pr. Liège, arr. Huy) et l’ASBL Esperanza-Tiers-Monde, cette dernière fournissant du matériel éducatif aux écoliers de l’Altiplano bolivien. Elle est vice-présidente du Conseil consultatif des aînés de la commune de Wanze de 2008 à la fin de 2012 et référente de la Commission sociale de cet organisme chargé de faire connaître les besoins et les préoccupations des seniors.
Le 31 janvier 2011, le conseil communal de Wanze décerné à l’unanimité à Jeanine Wynants le titre de Citoyen d’honneur de la commune « pour son engagement constant dans la vie associative ».
Jeanine Wynants passe les cinq dernières années de sa vie à la Résidence Notre-Dame de Huy où elle décède le 21 janvier 2017.

Notice provisoire

Version imprimable de cet article Version imprimable