CANTET André, Lucien

Par Jean-Pierre Besse

Né le 12 août 1905 à Mazières-en-Gâtine (Deux-Sèvres), fusillé comme otage le 21 septembre 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; ferreur, ajusteur ; résistant communiste dans l’Indre-et-Loire.

Domicilié à Tours (Indre-et-Loire), marié, père d’un enfant, ajusteur de précision, André Cantet était secrétaire d’un syndicat CGT de Tours en 1938. Il entra en contact avec le Parti communiste clandestin en février 1942 et lui servit de point de chute pour la réception de matériel de propagande remis par Yvonne Renault. Le dépôt régional était place Velpeau, dans le café tenu par Gaston Breton et Régina Breton. Il fut arrêté en le 22 février 1942 dans le cadre de l’affaire Cadras-Pican. Au cours de ses interrogatoires, André Cantet affirma avoir toujours fortement sympathisé avec le Parti communiste sans y adhérer ; il reconnut cependant avoir vendu l’Humanité sur la voie publique vers 1936-1937.
André Cantet fut incarcéré à Romainville (Seine, Seine-Saint-Denis). Les autorités allemandes le désignèrent comme otage le 11 septembre 1942 et le fusillèrent le 21 septembre 1942 au Mont-Valérien.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article18590, notice CANTET André, Lucien par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 24 août 2018.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : Arch. PPo, carton 3, activités communistes. – Serge Klarsfeld, Le livre des otages, op. cit., p. 203. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément