CANEVET Jean [CANÉVET Jean, Marie, dit]

Par Marie-Louise Goergen

Né le 26 juillet 1919 à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) ; cheminot (employé comptable, puis sous-chef de bureau) ; secrétaire du syndicat CFTC puis CFDT des cheminots (1946-1968), puis du syndicat Maîtrise et cadres (1968-1974) de Nantes.

Fils d’un chauffeur mécanicien et d’une ménagère, Jean Canevet est issu d’une famille catholique de trois enfants, qui étaient tous pratiquants. L’une de ses sœurs fut un temps permanente à la Jeunesse ouvrière chrétienne à Nantes et lui-même créa une section de la JOC à Saint-Nazaire. Jean Canevet militait encore en 2003 à l’Action catholique ouvrière dont il avait créé une section à Nantes en 1951 et faisait partie de la commission des Laïcs à l’archidiaconé de Nantes.
À l’issue de l’école primaire, il intégra l’École pratique de commerce et d’industrie à Saint-Nazaire. Il obtint son brevet et entra, à quinze ans en août 1934, comme ouvrier aux chantiers de construction navale Penhouët à Saint-Nazaire. Il y adhéra aussitôt au syndicat CFTC et participa, en juin 1936, à sa première grande action collective. Le début de son service militaire coïncida avec la déclaration de la guerre et il servit pendant trois ans dans la Marine nationale, avant d’être démobilisé en juin 1942. De retour aux chantiers de Penhouët et à la CFTC, il dut bientôt interrompre ses fonctions en raison d’une longue maladie. Il en profita pour prolonger son congé et se cacher afin d’échapper au STO.
Le 10 juillet 1945, il entra à la SNCF où devait se dérouler sa carrière professionnelle à la comptabilité du service Matériel et Traction de Nantes jusqu’en août 1974, d’abord comme employé puis comme chef de groupe et enfin comme sous-chef de bureau. Mais l’essentiel de son temps à la SNCF fut consacré à l’exercice de ses responsabilités syndicales.
Après la guerre, la CFTC était inexistante à la SNCF à Nantes. Jean Canevet contribua à créer une section qui, dès les élections de délégués du personnel en 1946, présenta des listes et obtint un élu. Jean Canevet représenta les cheminots CFTC puis CFDT de Nantes auprès du chef d’arrondissement jusqu’en 1968, date à laquelle il passa au collège maîtrise et cadres. Pendant la même période, il fut secrétaire du syndicat des cheminots de Nantes puis, jusqu’en août 1974, secrétaire du syndicat Maîtrise et cadres. Il cumula avec ces activités de nombreuses délégations au niveau régional et national (comité mixte à Paris, comité local des activités sociales...). De 1946 à 1954, il fit partie de la direction de l’Union Ouest et de la direction nationale de sa Fédération.
Jean Canevet exerça également des responsabilités interprofessionnelles importantes. Il fut membre du conseil et du bureau de l’Union locale de Nantes et de l’Union départementale CFDT dans les années 1950-1960, pour cette dernière longtemps en qualité de vice-président. Issue de l’Union locale, une commission se créa, bientôt appelée « Cartel des transports », dont firent partie la CGT et de nombreuses associations familiales et de logement, qui travailla sous la direction de Jean Canevet. Pendant des années, elle joua un rôle considérable dans l’élaboration des réflexions qui permirent d’échafauder une politique des transports publics à Nantes. Proche du PSU, mais membre du Parti socialiste à partir de 1974, Jean Canevet fut candidat aux élections municipales de Nantes en 1977 sur la liste d’Alain Chenard. Élu, il fut nommé adjoint chargé des Transports et entreprit les négociations qui contribueront à la création dune société d’économie mixte, la SEMITAN qui, en 2003, continuait à gérer le réseau des transports en commun dans la région nantaise. Non réélu en 1983, il resta néanmoins administrateur de la SEMITAN jusqu’en 2000.
À la retraite à partir de 1974, Jean Canevet prit des responsabilités auprès des cheminots retraités. Membre du bureau du syndicat FGTE des retraités de Nantes, il fut élu, en 1976, secrétaire général adjoint de l’Union fédérale des retraités CFDT et continuait à faire partie de son bureau en 2003.
Jean Canevet s’était marié en 1950 à Nantes avec Marie Thérèse Grangien, adhérente CFTC qui travailla en gare de Nantes jusqu’en 1951. Ils ont deux fils, dont l’un est médecin et l’autre cadre au ministère des Finances. Un temps adhérent de la Jeunesse ouvrière chrétienne, puis proche de l’extrême-gauche, celui-ci milite au syndicat CFDT-Finances.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article18562, notice CANEVET Jean [CANÉVET Jean, Marie, dit] par Marie-Louise Goergen, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Marie-Louise Goergen

SOURCES : Arch. Dép. Loire-Atlantique 161 W 168, 243 W 173. — Arch. PPo, dossier RG n° 492.578. — Entretien avec Jean Canevet. — État civil.

Version imprimable Signaler un complément