CAMUSET Maurice, Émile

Par Sylvain Boulouque, Marie-Louise Goergen

Né le 23 juillet 1920 à Romilly-sur-Seine (Aube), mort le 23 février 2002 à Troyes (Aube) ; ouvrier aux ateliers SNCF de Romilly ; résistant ; syndicaliste CGT et militant communiste ; maire communiste de Romilly-sur-Seine (1949-1958, 1959-1984) et conseiller général (1964-1970).

Maurice Camuset dit Ariel à la Libération
Maurice Camuset dit Ariel à la Libération

Fils d’un ferblantier aux ateliers de la Compagnie des chemins de fer de l’Est et d’une ouvrière du textile qui fut ensuite ménagère, Maurice Camuset entra comme apprenti à la SNCF en 1935 et fut reçu premier du département au CAP d’ouvrier peintre.

En 1940, il quitta l’Aube au moment de l’exode pour Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). À son retour à Romilly, il épousa Gisèle Barthelemy, ils eurent trois enfants, nés après la guerre.

À l’automne 1942, Maurice Camuset commença à prendre part à des actions contre les troupes d’occupation. En 1943, il fut recruté par le responsable local des FTPF, Hubert Jeanson. Il prit alors le nom d’Ariel et eut la responsabilité d’organiser la Résistance chez les cheminots de Romilly, et fut à l’origine du premier groupe de FTPF dans la ville. Camuset dirigea toutes les actions dans les ateliers SNCF, puis dans l’ensemble de l’agglomération : sabotages, tentatives de déraillement de train. Face à l’aggravation de la répression, il rejoignit le maquis de la ferme de Varsovie (Marne) en mai 1944, puis celui de Rigny la Nonneuse (Aube). Il devint chef de section. Il fut ensuite nommé lieutenant chef des groupes de sabotage. Ce maquis fut dispersé par les nazis tout comme celui qu’il rejoignit dans la forêt d’Othe. Camuset prit alors la direction du maquis de Bouilly (Aube) en juillet 1944. Le 25 août 1944, il participa à la Libération de Troyes. Il fut engagé au 106e Régiment d’infanterie.

Envoyé à une école d’officiers à Sainte-Menehould, bien que reçu, il fut « ramené » au grade de sergent, pour être ensuite homologué au grade d’aspirant.

Rentré aux ateliers de la SNCF à Romilly en février 1945, il fut élu membre du bureau du conseil syndical. Proposé au conseil municipal, sa candidature ne fut pas retenue. Il militait alors au Front national, fut secrétaire de la section locale du PCF, dont il était membre depuis 1944. En mai 1945, il suivit une école interfédérale avec Bernard Clivot* et Jean Coutelas* et, par la suite, les cours de l’école centrale de quatre mois. En 1948, il intégra le comité fédéral puis fut nommé au bureau fédéral du parti trois ans plus tard. Enfin, il devint secrétaire fédéral en 1959, poste qu’il occupa jusqu’en 1970. Au plan départemental, il fut le secrétaire départemental des Combattants de la paix et du Mouvement de la paix, relayant l’action de ces mouvements dans la région.

Élu conseiller municipal en 1947, Maurice Camuset fut élu adjoint après la dissolution du conseil fin 1948 et maire en 1949. La préfecture le suspendit en 1949 et en 1957 de ses fonctions de maire pour exercice illégal de l’autorité publique en raison de ses prises de position contre les guerres d’Indochine et d’Algérie.

Réélu en 1953, avec quatorze autres candidats communistes et par 54 % des voix, il resta maire jusqu’en mars 1958. Il fut réélu un an plus tard, en mars 1959, et le resta jusqu’en 1984, date de sa retraite définitive. Candidat au conseil général en 1951, il fut battu de justesse par le candidat unique de la droite. En revanche, il fut élu conseiller général en 1964 et le resta jusqu’en 1970. Il fut candidat dans la 3e circonscription de l’Aube en 1967, 1968 et 1973 et chaque fois battu au second tour par le gaulliste Paul Granet.

Il était également membre du secrétariat national de l’Amicale des élus communistes et républicains et devint, en 1970, président délégué de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance (ANACR). Il intégra le bureau national de l’ANACR en 1994. Le 30 décembre 2000, il fut promu chevalier de la Légion d’honneur.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article18527, notice CAMUSET Maurice, Émile par Sylvain Boulouque, Marie-Louise Goergen, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 16 avril 2016.

Par Sylvain Boulouque, Marie-Louise Goergen

Maurice Camuset dit Ariel à la Libération
Maurice Camuset dit Ariel à la Libération
Camuset Maurice, maire
Camuset Maurice, maire

ŒUVRE : Ariel, matricule 3060, La Vie d’un franc-tireur et partisan français, Sainte Savine, Sonoda, 1985.

SOURCES : Arch. comité national PCF. — Arch. Dép. Aube, SC 48795 à 489010. — L’Humanité, 28 février 2002, « Hommage à Maurice Camuset », supplément à La Dépêche de l’Aube, 2003. — L’Information municipale, septembre 1954. — Notes de Claude Pennetier et de Daniel Jourdain. — Renseignements communiqués par la mairie de Romilly. — État civil.

Version imprimable Signaler un complément