MALÉZIEUX Louis, Henri

Par Daniel Grason

Né le 17 novembre 1894 à Montreuil-sous-Bois (Seine, Seine-Saint-Denis), tué le 19 août 1944 à Paris (Xe arr.) ; ébéniste ; communiste ; F.F.I.

Fils de Anatole Malézieux, facteur en pianos, et de Julia Voyez, sans profession, Louis Malézieux exerçait sa profession d’ébéniste rue d’Avron à Paris (XXe arr.). Il s’était marié le 25 juin 1921 à Paris (VIIe arr.) avec Marguerite Paillier, et vivait 8 rue Jeanne-d’Arc à Saint-Mandé (Seine, Val-de-Marne). Agent de liaison F.F.I. il fut tué au combat le 19 août 1944 boulevard Magenta à Paris (Xe arr.).
Son corps gisait parmi les blessés et les morts des gares de l’Est et du Nord. Sa dépouille fut emmenée à l’Hôpital Dubois (Fernand Widal) 200 rue du faubourg Saint-Denis (Xe arr.), il était mort d’une fracture du crâne suite aux coups reçus à la tête. Le commissariat de Saint-Vincent-de-Paul nota sa mort le 22 août 1944 (procès-verbal n°1304). Il obtint la mention « Mort pour la France » portée sur l’acte de décès le 12 juin 1945.
Son nom figure sur la plaque commémorative posée dans le hall de la mairie de Saint-Mandé dédiée aux « Morts pour la France ». Au 10 rue Victor-Hugo à Montreuil-sous-Bois, le nom de Louis Malézieux a été gravé dans le marbre aux côtés de cinquante-quatre autres militants  : « Honneur aux communistes de Montreuil tombés pour une France Libre Forte et heureuse ».
Louis Malézieux a été homologué F.F.I.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article184835, notice MALÉZIEUX Louis, Henri par Daniel Grason, version mise en ligne le 24 octobre 2016, dernière modification le 16 octobre 2018.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. 109W 3. – SHD, Caen AC 21 P 79546. – Bureau Résistance GR 16 P 386819. – Site internet GenWeb. — État civil.

Version imprimable Signaler un complément