LEGRAND Adrien, Lucien, Joseph

Par Daniel Grason

Né le 3 mars 1915 à Beugny arrondissement d’Arras (Pas-de-Calais), tué au combat le 22 août 1944 à Paris (XVIIIe arr.) ; employé au ministère des Finances, gardien de la paix ; F.F.I.

Fils de Lucien Legrand, garçon livreur, et de Rosa Marie Mouronvalle, journalière, Adrien Legrand, orphelin de père à l’âge de dix-huit mois, fit sa communion à l’âge de onze ans, obtint son CEP à treize. Sa mère, entrée dans la vie active à la mort de son mari, travaillait à Paris. Il la rejoignit en 1927 au 174, rue du faubourg Saint-Denis à Paris (Xe arr.). Sa mère adressa pour lui, une demande d’embauche au ministère des Finances. Il débuta le 4 janvier 1930 en tant que classeur émargeur au service des rentes de l’annexe du ministère, 99 ter rue de Reuilly à Paris (XIIe). Il vérifiait les coupons de rentes au porteur apportées par les Banques de Paris. Un travail qui ne le passionnait guère. Il fit son service du 15 octobre 1936 au 15 octobre 1938 à la 51e demi-brigade d’Aérostat à Épinal (Vosges).
Il se maria le 4 février 1939 à Saint-Denis (Seine, Seine-Saint-Denis) avec Marguerite Penanguer, le couple habita de février 1939 à mars 1941, 90 rue de Paris (Gabriel-Péri) à Saint-Denis (Seine, Seine-Saint-Denis). Rappelé le 23 mars 1939, il fut démobilisé avec le grade de caporal le 19 août 1940 à Albi (Tarn). Il reprit son poste au ministère sans enthousiasme, se décida à postuler un emploi de gardien de la paix. Il fit part de sa motivation dans sa biographie écrite le 11 mai 1941 : « J’avais toujours pensé rentrer après mon service militaire dans le corps des gardiens de la paix. D’abord parce que c’est divertissant et que je préfère être au grand air plutôt que d’être enfermé dans un bureau ». Il concluait : « Et je suis très satisfait d’y être admis ».
Le couple quitta Saint-Denis pour le 29 rue du Poteau dans le XVIIIe arrondissement de Paris. Gardien de la paix piéton au commissariat de l’arrondissement, Adrien Legrand était apprécié comme un « bon gardien – Très actif, dévoué et discipliné ».
Lors des combats de la Libération il fit partie d’un corps franc de la police. En compagnie de deux collègues, il fut chargé de récupérer des armes à la caserne Babylone le 22 août 1944. Les trois hommes étaient en automobile, habillés en civil et non armé, vers midi quinze ils furent attaqués, sans sommation à la mitrailleuse par des soldats allemands à l’angle de la rue de Chartres et du boulevard de la Chapelle à Paris (XVIIIe arr.). Au cours de l’engagement Adrien Legrand fut mortellement atteint par balles explosives à la tête au côté gauche.
Emmené à l’Hôpital Dubois (Fernand Widal) 200 rue du Faubourg Saint-Denis (Paris Xe arr.) par l’ambulance des sapeurs-pompiers, sa mort était constatée par l’interne de service. Sa mort a été notée le 26 août 1944 sur le registre du commissariat Saint-Vincent de Paul (n° 1292). Adrien Legrand fut inhumé le 24 août 1944 au cimetière parisien de Pantin (Seine, Seine-Saint-Denis). Considéré comme « victime du devoir », il fut déclaré « Mort pour la France », homologué F.F.I. Il a été cité à l’Ordre de la Nation (JO du 20 décembre 1944), décoré de l’ordre de la Légion d’Honneur (JO du 3 janvier 1945).
Son nom figure sur la liste des Morts pour la Libération de Paris au Musée de la Police, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, (Ve arr.), une plaque posée 2 rue de Chartres rappelle : « Ici le gardien de la paix Adrien Legrand a été tué par les allemands le 22 août 1944. Honorez-le ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article184791, notice LEGRAND Adrien, Lucien, Joseph par Daniel Grason, version mise en ligne le 26 septembre 2016, dernière modification le 24 novembre 2018.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. 109W 3, BA 1801, KC 22 (notes transmises par Christian Chevandier). – SHD, Caen AC 21 P 73490. – Bureau Résistance GR 16 P 356339. – Christian Chevandier, Été 44. L’insurrection des policiers de Paris, Éd. Vendémiaire, 2014. – « Au cœur de la Préfecture de Police de la Résistance à la Libération », Sous la dir. de Luc Rudolph, Directeur honoraire des services actifs, Éd. LBM, 2009. – Site internet GenWeb. – État civil de Beugny et du Xe arrondissement de Paris, acte n° 2151.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément