YI Hong 伊洪

Par François Gipouloux

Responsable syndical à la Compagnie de transport du ministère du Commerce extérieur. Destitué en 1957.

Yi Hong s’en est pris au monopole du Parti sur la vie syndicale. « Pour garantir l’expression des masses, la liberté de la presse, il faut sur tous les problèmes s’en ouvrir aux masses. Sur les erreurs commises dans la politique des cadres, les traitements et les salaires, le bien-être, mais aussi les verdicts du mouvement de liquidation des contre-révolutionnaires (sufan, 1955) ». « L’unique méthode, poursuit Yi Hong, est que les masses se dressent pour contrôler. »
Lors des élections syndicales, Yi Hong préconise que soient candidats ceux qui ont « le sens de la justice », les victimes du mouvement des trois antis, ou de la campagne de liquidation des contre-révolutionnaires par exemple, plutôt que les membres du Parti. Il faut, déclare-t-il, procéder à une réélection des syndicats en adoptant les procédures d’une campagne électorale. Il parvient à organiser le 30 mai 1957 une élection syndicale où seuls des sans-partis sont candidats.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article184555, notice YI Hong 伊洪 par François Gipouloux, version mise en ligne le 1er février 2017, dernière modification le 1er février 2017.

Par François Gipouloux

SOURCES : Yi Hong est critiqué in Gongren ribao (Quotidien des ouvriers), 13 août 1957. — Voir Gipouloux (1960).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément