YAO Dengshan 要登山

Par Jean-Luc Domenach

Diplomate obscur qui a dirigé l’insurrection « gauchiste » au ministère des Affaires étrangères pendant la Révolution culturelle (mai-septembre 1967).

La courte histoire politique de Yao Dengshan est révélatrice des tentations extrémistes qui se sont fait jour pendant la Révolution culturelle. Ce diplomate de second rang, ancien chargé d’affaires par intérim puis conseiller d’ambassade en Finlande (février 1955-juin 1957) et à Ceylan (juin 1957-juin 1962), serait sans doute resté inconnu s’il n’avait été nommé chargé d’affaires à Jakarta en septembre 1966. A l’époque, le pouvoir militaire indonésien issu du coup d’État de 1965, accuse la Chine de soutenir la résistance communiste. Or, à Pékin, la fièvre politique monte. Après l’arrestation et la mort suspecte à Jakarta d’un citoyen chinois, manifestations et contre-manifestations se répondent d’une capitale à l’autre. Expulsé de son poste, le chargé d’affaires chinois est accueilli en héros à Pékin le 30 avril 1967 et reçu par Mao lui-même.
Yao ne se contente pas d’un rôle symbolique et s’efforce de saisir sa chance. Au ministère des Affaires étrangères, il anime la rébellion contre Chen Yi (陳毅) un vieil ami de Zhou Enlai (周恩來). Le ministère est envahi deux fois en mai. Pour quelques mois, la diplomatie chinoise, influencée (et plus rarement dirigée) par les rebelles, vire au rouge écarlate. Des troubles sont déclenchés à Hong Kong et dans les minorités chinoises d’Asie du Sud-est. Soutenu par Wang Li (王力) et Qi Benyu (慼本禹), les deux leaders « gauchistes » du Groupe de la Révolution culturelle, Yao Dengshan force Chen Yi à l’autocritique et le remplace même à partir du 19 août (mais il est plus probable que le ministère devait finalement échoir à Wang ou à Qi). Le 22 août, l’immeuble du chargé d’affaires de Grande-Bretagne est incendié.
C’en est trop. Le groupe dirigeant ne peut admettre que lui soit contestée (par la fraction gauchiste), en même temps que la direction de l’armée (voir Wang Li), celle de la diplomatie. Accusé d’être un « pickpocket politique » et un membre du « groupe du 16 mai » (voir Wang Li), Yao Dengshan est arrêté peu après. Jugé publiquement en juin 1971, il aurait été condamné à la prison à vie.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article184550, notice YAO Dengshan 要登山 par Jean-Luc Domenach, version mise en ligne le 25 janvier 2017, dernière modification le 25 janvier 2017.

Par Jean-Luc Domenach

SOURCES : Outre WWCC, voir : Illiez (1973). — Karnow (1972). — Rice (1972).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément