Né le 7 juillet 1943 dans le Anhui. Rédacteur en chef de la Tribune du Cinq Avril, la principale revue de tendance marxiste du « mouvement démocratique » (fin 1978-fin 1980) ; arrêté en avril 1981 et condamné le 8 juin 1982 à quinze ans de prison.

Le père de Xu Wenli, médecin militaire, est décédé pendant la guerre de Corée. Lui-même s’engagea dans l’armée à la fin de ses études secondaires, en 1963, et n’a donc pas participé directement à la Révolution culturelle. Démobilisé en 1969, il obtient un emploi d’ouvrier électricien au ministère des Chemins de fer.
Dès le 26 novembre 1978 Xu Wenli affichait sur le « mur de la démocratie », au carrefour de Xidan, une dizaine de feuillets manuscrits. Au début du mois de décembre, il décidait, avec deux autres activistes, de lancer la Tribune du Cinq Avril, la première revue non officielle du mouvement démocratique. La Tribune du Cinq Avril (ainsi appelée en souvenir des émeutes anti-maoïstes du 5 avril 1976 : voir Deng Xiaoping (鄧小平)) a publié dix-sept numéros polycopiés, certains comptant près de cent pages, jusqu’à sa disparition forcée en mars 1980. Après la suspension de sa publication (que l’un de ses compagnons fera revivre pour deux éphémères livraisons), Xu Wenli entreprit de faire paraître Xuexi tongxin (Bulletin d’études), à diffusion plus limitée, qui compta 6 numéros de juillet 1980 à février 1981.
Adepte du socialisme démocratique, Xu Wenli n’en a pas moins fait cause commune avec les contestataires les plus radicaux. Ce sont les militants de la Tribune du Cinq Avril qui orchestrèrent la campagne de solidarité en faveur de Wei Jingsheng (魏京生) et diffusèrent les minutes de son procès, enregistrées clandestinement, ce qui valut à Liu Qing (劉青), l’un des dirigeants de la Tribune du Cinq Avril, d’être condamné à trois ans de rééducation par le travail.
En octobre 1980, Xu Wenli signa aux côtés de Wang Xizhe (王西哲) une « Lettre ouverte aux députés de la 5e A.N.P. » demandant l’élargissement de Liu Qing. Au mois de novembre de la même année il adressa un message à Lech Walesa dans lequel il exprimait son soutien aux syndicats libres polonais.
Xu Wenli fut arrêté le 10 avril 1981 et condamné le 8 juin 1982 à quinze ans de réclusion criminelle, assortis de quatre ans de privation des droits politiques, pour « organisation d’une clique contre-révolutionnaire » et « propagande et agitation contre-révolutionnaires ». Selon les attendus du jugement prononcé contre lui, Xu aurait tenu des réunions « clandestines », à Pékin en juin 1980, avec d’autres responsables de revues parallèles de province, tels que Wang Xizhe, de Canton, et Fu Shenqi (傅申奇) de Shanghai. Ils auraient formé le projet de créer une « Ligue des communistes chinois », « nouveau parti du prolétariat » destiné à « briser le despotisme du parti unique ». Xu Wenli est également accusé d’avoir voulu fonder une « association pour la promotion de l’unification démocratique de la Chine », avec un bureau à Hong Kong. Autant d’accusations qui, si elles sont fondées, indiquent la radicalisation d’un contestataire qui passait pour modéré, et rendent un hommage indirect à ses talents d’organisateur.

ŒUVRE : Nombreux articles publiés dans la Tribune du Cinq Avril et le Bulletin d’études, sous les pseudonymes de Xu Shu, Nan Ke et Ke Qing. En français : « Propositions pour faire avancer la réforme politique de l’an 1980 », Esprit, juin 1981.

SOURCES : Interview de Xu Wenli recueillie à Pékin. — Baixing, no. 34, p. 52-53. — Le Monde, 6 février 1980 et 9 septembre 1982.

Claude Widor

Version imprimable de cet article Version imprimable