WU Defeng 吳德峰

Par Lucien Bianco

Dirigeant communiste, né en 1895 dans le Hubei ; mort en 1976. Spécialiste du renseignement et de la sécurité.

Wu Defeng participe à l’insurrection de la Moisson d’automne dans le Hubei en septembre 1927 (pour l’insurrection jumelle dans le Hunan, voir Peng Gongda (彭公達)). Secrétaire du tewei (Comité spécial du P.C.C. pour le Hubei méridional, où l’insurrection doit se concentrer), Wu recommande de renoncer à l’attaque prévue pour le 9 septembre, en raison du mauvais moral des paysans, trop effrayés pour vaincre. Ce sage avis, qui contredit une directive formelle du C.C., n’est pas entendu (voir Fu Xiangyi). L’offensive communiste dans la région de Xianning, petite ville située au sud de Wuhan sur la voie ferrée Wuhan-Changsha, échoue avant d’avoir pu se développer. Le Comité spécial se résigne alors, une semaine avant le départ de Mao Tse-tung (毛澤東) pour les Jinggangshan, à renoncer à de vains assauts contre les villes et à s’enfoncer au cœur des campagnes. Il fonde le 12 septembre l’éphémère « gouvernement révolutionnaire de Xikeng », du nom d’un petit bourg du xian montagneux et reculé de Tongshan (au S.-E. du Hubei, près de la frontière du Jiangxi), où les rescapés se ménagent un havre momentané.
Après le désastre, Wu rejoint le Jiangxi, où il commence un travail de renseignement et de police, appelé à devenir sa spécialité durable. Il participe à la Longue Marche en tant que chef du Bureau de la Sécurité politique de la 4e Armée rouge, puis de la Seconde Armée de front, commandée par He Long (賀龍). Aux environs de 1936, il dirige les « services spéciaux » communistes à Xi’an, puis il fonde (en 1937) une école de renseignement. Pendant la guerre sino-japonaise, Wu supervise les activités de renseignement que le Parti conduit dans les deux provinces nordiques du Rehe (Jehol) et du Liaoning.
Dès que Wuhan est conquise en mai 1949, Wu Defeng est nommé maire de la ville. Sa carrière de dirigeant régional dans son Hubei natal est interrompue au début de l’année 1952, à cause d’une affaire de corruption et de déni de justice impliquant les autorités locales (voir Zhang Pinghua (張平化)). Remplacé à la mairie de Wuhan par Li Xiannian (李先念) et démis de ses autres postes, Wu refait surface très vite. Avant que l’année 1952 s’achève, il commence — ou recommence — une carrière dans la justice et la police, qui fera de lui l’adjoint de Luo Ruiqing (羅瑞卿) en 1954, puis de Xie Fuzhi (謝富治) en 1959, l’un des vice-présidents de la Cour Suprême du Peuple en 1961, un membre de l’influente Commission de contrôle du Parti en 1962 et enfin, après une éclipse durant la Révolution culturelle, un membre du comité permanent de l’A.N.P. Il meurt en décembre 1976. Ses funérailles ont lieu en présence d’un spécialiste de la Sécurité qui vient d’accéder au poste suprême : Hua Guofeng (華囯鋒).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article184499, notice WU Defeng 吳德峰 par Lucien Bianco, version mise en ligne le 24 janvier 2017, dernière modification le 25 janvier 2017.

Par Lucien Bianco

SOURCES : Outre KC, WWCC et CCWW, voir : Hofheinz (1966) et in CQ, no. 32 octobre- décembre 1967. — A.F.P. (Tokyo) du 18 décembre 1976.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément