WANG Xizhe 王西哲

Par Claude Widor

Né en 1949 dans la province du Sichuan, l’un des auteurs du dazibao « De la démocratie et de la légalité socialistes », signé du pseudonyme de Li Yizhe ; militant du « mouvement démocratique » (fin 1978-fin 1980) à Canton, arrêté en avril 1981 et condamné en mai 1982 à quatorze ans de prison.

Son père travaillant comme ingénieur du son aux studios de cinéma de la Rivière des Perles, Wang Xizhe fait ses études à Canton. Il prend une part active à la Révolution culturelle, ce qui lui vaut un an de prison, de 1968 à 1969. De retour à Canton où il a obtenu un emploi d’ouvrier, Wang Xizhe entre en relation avec Li Zhengtian (李正天), ancien dirigeant d’un groupe de Gardes rouges ultragauchistes qui avait été incarcéré pendant près de quatre ans. De cette association allait naître le groupe « Li Yizhe », pseudonyme commun à (Li) Zhengtian, Chen (Yi)yang et Wang Xi(zhe), auteurs du dazibao « De la démocratie et de la légalité socialistes », et, pendant un temps, les plus célèbres contestataires chinois.
S’inscrivant dans le mouvement de critique de Lin Biao (林彪), ils entendaient dénoncer, au-delà des individus, le système social et politique qui avait permis leur venue au pouvoir : Lin Biao avait disparu, mais son « système fasciste et féodal » demeurait bien vivant. Pionnier de la contestation démocratique en Chine populaire, le groupe Li Yizhe entretenait avec les autorités de Canton des rapports subtils qui préfigurent déjà l’histoire du « mouvement démocratique » (1978-1980). Zhao Ziyang (趙紫陽), alors premier secrétaire de la province, et Xu Shiyou (許世友), commandant de la région militaire, qui partageaient avec ces anciens Gardes rouges revenus du maoïsme une hostilité commune envers le « Groupe de Shanghai » (la future Bande des Quatre) (voir Zhang Chunqiao (張春橋)), n’ont pas hésité à les utiliser en 1974, mais aussi à les abandonner en 1977, lorsque ces alliés de circonstance s’avérèrent encombrants. Wang Xizhe et ses camarades furent arrêtés le 3 mars 1977, six mois après le décès de Mao Tse-tung (毛澤東). Il fallut attendre le 30 décembre 1978 pour que cette « clique contre-révolutionnaire » soit élargie ; le 6 février 1979, pour qu’elle soit réhabilitée en grande pompe.
Depuis lors le groupe s’est dissous et des divergences sont apparues, entre Wang Xizhe et Li Zhengtian notamment. Seul le premier, sans renier pour autant ses convictions marxistes, s’est plongé dans l’effervescence du mouvement démocratique. Collaborateur occasionnel de la revue non officielle Renmin zhi sheng (La Voix du peuple), il a fondé, après la disparition de celle-ci, une nouvelle publication parallèle, Xueyou tongxin (La Lettre des compagnons d’étude), dont il assure la direction et qui comptera 13 numéros.
Wang Xizhe a été arrêté le 20 avril 1981 et condamné le 28 mai 1982 à quatorze ans de prison, plus quatre années et demie de privation des droits civiques. Si l’on en croit le texte du jugement rendu contre Xu Wenli (徐文立), Wang Xizhe aurait appartenu au « groupe contre-révolutionnaire » dirigé de Pékin par Xu. Celui-ci se proposait de créer une « ligue des communistes chinois », « un nouveau parti du prolétariat », en vue de « briser le despotisme du parti unique ». Ces objectifs n’auraient certainement pas été désavoués par Wang Xizhe qui apparaît, à travers ses nombreux essais théoriques, comme l’une des principales figures du marxisme contestataire chinois.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article184460, notice WANG Xizhe 王西哲 par Claude Widor, version mise en ligne le 24 janvier 2017, dernière modification le 24 janvier 2017.

Par Claude Widor

ŒUVRE : « Guanyu shehuizhuyi de minzhu yu fazhi » (De la démocratie et de la légalité socialistes), traduit en français sous le titre Chinois si vous saviez... (Paris, 1976). — « Wei wuchanjieji de jieji zhuanzheng er nuli » (Pour une dictature du prolétariat qui soit une dictature de classe), Renmin zhi sheng no. 8, juillet 1979. — « Wei Liu Qing shijian zhi wujie renda daibiaomen de gongkai xin » (Lettre ouverte aux députés de la cinquième A.N.P. à propos de l’affaire Liu Qing), octobre 1980. — « Mao Zedong yu wenhua dageming » (Mao Tse-tung et la Révolution culturelle), février 1981, in Wang Xizhe lunwenji (Essais de Wang Xizhe), Hong Kong, 1981.

SOURCES : Baixing, no. 34, 1982. — Chan et Unger in Chinese Law and Government, vol. X, no. 3, 1977. — Shier in China Aktuell, avril 1979. — Zi Chuan (1978).

Version imprimable Signaler un complément