WANG Jinxi 王進喜

Par Jean-Luc Domenach

Né vers 1920 à Chijincun (Gansu) ; mort le 15 novembre 1970. Célèbre ouvrier modèle de Daqing, surnommé « l’homme de fer ».

De 1964 à 1977, l’exploitation pétrolière de Daqing a été donnée en modèle par la propagande au même titre que la brigade de Dazhai (voir Chen Yonggui (陳永貴)). Le personnage de Wang Jinxi fut alors choisi pour symboliser cette réussite industrielle. Il est vrai que son histoire était édifiante. Ce fils de paysans pauvres qui mendiait à l’âge de six ans et conduisait les moutons à huit ans fut d’abord coolie puis apprenti dans les champs pétrolifères de Yumen, au Gansu. Après la Libération, il devint un ouvrier d’élite spécialisé dans le forage ainsi qu’un cadre de base réputé dans son unité.
Après avoir assisté en 1959 à une réunion nationale de « héros du travail », il est transféré au printemps 1960, avec son équipe de forage no. 1205, dans les nouveaux champs pétrolifères de Daqing sur lesquels on compte pour remédier à la grave pénurie de pétrole causée par la rupture avec l’U.R.S.S. Malgré la dureté du climat et l’insuffisance de l’équipement, Wang obtient d’exceptionnels résultats à la tête de son équipe : les réserves de Daqing sont explorées en quinze mois seulement. Moyennant quoi, la Chine atteint l’autosuffisance pétrolière dès 1963. En 1964, Mao Tse-tung (毛澤東) lance le slogan : « Que tout le pays apprenne de Daqing ».
Désormais, pour la propagande officielle, Wang Jinxi, l’« homme de fer », devient le héros de Daqing et bien qu’il paraisse avoir eu moins d’ambition que Chen Yonggui ou Ni Zhifu (倪志福), le modèle devient un personnage politique. Durant la Révolution culturelle, il prend parti pour la faction maoïste, mais résiste aux attaques de l’« ultra-gauche » en janvier 1967, puis s’appuie sur l’A.P.L. afin de rétablir l’ordre à Daqing, où il relance la production. Il devient (en mai 1968) vice-président du comité révolutionnaire de Daqing et entre au C.C. lors du IXe congrès du P.C.C. en même temps que plusieurs autres modèles du travail (voir Wu Guixian (吳桂顯)). Un cancer de l’estomac interrompt précocement une carrière probablement destinée à de plus grands honneurs (novembre 1970).
Alors commence la gloire. Pendant la première moitié des années 1970 la mémoire de Wang Jinxi a été l’objet d’un véritable culte officiel. Elle symbolisait en effet l’union de l’ardeur et de l’expertise, mais aussi les succès d’une industrie dans laquelle les dirigeants chinois plaçaient alors de grands espoirs. Après la chute des Quatre, (voir Jiang Qing (江青)) cependant, et malgré les efforts prodigués par Hua Guofeng (華囯鋒) pour sauver le mythe de Daqing, le changement de la ligne politique générale et les difficultés de l’industrie pétrolière (voir Yu Qiuli (余秋里)) ont mis fin à ce culte.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article184450, notice WANG Jinxi 王進喜 par Jean-Luc Domenach, version mise en ligne le 19 janvier 2017, dernière modification le 18 janvier 2017.

Par Jean-Luc Domenach

SOURCES : RMRB, 27 janvier 1972 et Xuexi tieren Wang Jinxi (Apprenons de l’homme de fer Wang Jinxi), 1972.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément