TANG Junqing 唐俊清

Par Alain Roux

Responsable du syndicat ouvrier de la firme de cigarettes Nanyang en 1928 et 1929.

Tang Junqing fut l’un des syndicalistes shanghaïens rencontrés par Albert Thomas (président du B.I.T.) lors d’une escale à Shanghai en décembre 1928. Thomas, qui visita les locaux du syndicat de la firme Nanyang, présente Tang Junqing « comme un jeune homme très lié à Chou (Thomas Chou ou Zhu Yucang, l’un des principaux responsables du Y.M.C.A. en Chine) et au ministère du Travail, qui jouit d’autorité et de confiance auprès des ouvriers ». Formé sans doute par l’Y.M.C.A., Tang expose les activités du syndicat : « Défense professionnelle, efforts pour obtenir des indemnités en cas de maladie et d’accident, effort pour la fixation des salaires par contrat collectif. »
Tang Junqing est l’un des quinze fondateurs du comité préparatoire pour le Syndicat général de Shanghai (Zonggong) (voir Zhou Xuexiang (周学湘), Xu Yamei (徐阿美)), car le syndicat de la Nanyang est l’un des sept « grands syndicats » de Shanghai qui cherchent à secouer le contrôle terroriste imposé au mouvement ouvrier par les militaristes de la « clique du Guangxi » par l’intermédiaire du Syndicat unifié ou « gongtong ».
Mais le syndicat de la Nanyang est moins heureux que celui des postes (voir Zhu Xuefan (朱學範) et Lu Jingshi (陸京士)) ou que celui de la Compagnie française des Tramways (voir Xu Yamei (徐阿美)). Il commet une erreur décisive en n’intervenant pas lors de la fermeture de la « nouvelle usine » de la firme Nanyang à Pudong en janvier 1929. Cette déroute s’accompagne bien vite d’attaques contre les ouvriers de la « vieille usine » : entre mai et décembre 1929, les licenciements se succèdent, accompagnés de troubles, de dissensions au sein du syndicat qui vole en éclat. On n’entend plus parler de Tang Junqing lorsqu’en décembre 1929 un « comité de collaboration capital-travail » prend la place du syndicat. Quand l’usine reprend ses activités après huit mois de fermeture en 1930, les ouvriers, s’ils se syndiquent, doivent adhérer au « Syndicat (officiel) des travailleurs des fabriques de cigarettes du 4e district », dirigé par Zhou Xuexiang (周学湘). En mai et en octobre 1933, certains essaieront vainement d’arracher l’autorisation de créer une branche autonome de ce syndicat dans l’usine Nanyang.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article184430, notice TANG Junqing 唐俊清 par Alain Roux, version mise en ligne le 11 janvier 2017, dernière modification le 11 janvier 2017.

Par Alain Roux

SOURCES : Ma Chaojun (1959 sq). — Roux (1978). — Thomas (1959).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément