CAVAILLÈS Georges, Jules

Par Olivier Dedieu

Né le 14 janvier 1907 à Montpellier (Hérault) ; syndic des gens de mer, militant socialiste et laïque.

Ancien marin, employé des affaires maritimes, résidant à Montpellier, Georges Cavaillès fut prisonnier de guerre de 1940 à 1943. À la Libération, il milita au sein de la section SFIO à Montpellier. Parallèlement, il s’engagea activement dans la défense de la laïcité. Très présent au sein des œuvres péri-scolaires, membre de la commission de contrôle du Sou des écoles laïques, il fut aussi membre de la ligue des droits de l’homme depuis 1948. Régulièrement réélu au conseil d’administration de la section de Montpellier il en fut le trésorier en 1962.

Dès 1956, il fit partie du noyau dur des minoritaires avec Lucien Tourette (voir ce nom) opposés à Guy Mollet. Membre du comité socialiste d’étude et d’action pour la paix en Algérie, il prit la présidence, en 1957, du club Spartacus, cercle montpelliérain regroupant les tenants de l’anticolonialisme. Responsable du Forum de Montpellier en 1958, il fut aussi membre du bureau du comité républicain et antifasciste de la chapelle neuve et du plan de l’Olivier réactivé contre l’OAS en 1961. Proche de la motion Depreux, Georges Cavaillès milita pour l’indépendance de l’Algérie et contre la politique défendue par la direction de la SFIO. Il rencontra, en 1959, les fondateurs du PSA venus à Montpellier mais resta finalement membre de la SFIO.

En 1957, il fut élu membre de la commission administrative fédérale et le resta jusqu’en 1970. Chef de la station des affaires maritimes de Palavas, Georges Cavaillès quitta la section de Montpellier et recréa dans cette commune une section qu’il présida en 1961. Dès 1959, il porta, dans la commune un projet d’alliance électorale avec le parti communiste pour les élections municipales. En 1969, il était encore secrétaire de la section SFIO et était toujours membre du bureau de la section en 1974. Au-delà de ses engagements laïques et politiques, Georges Cavaillès assuma aussi des responsabilités au sein des milieux associatifs anciens combattants. Il fut membre du bureau puis secrétaire général de l’Union fédérale des anciens combattants et victimes de guerre. En 1962, il était par ailleurs membre de la commission fédérale de la SFIO des anciens combattants.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article184255, notice CAVAILLÈS Georges, Jules par Olivier Dedieu, version mise en ligne le 27 août 2016, dernière modification le 16 octobre 2016.

Par Olivier Dedieu

SOURCES : Arch. Dép. Hérault, 30 W 5 et 6, 143 J 135, 406 W 4 et 124, 542 W 154, 785 W 20. — Arch. section montpelliéraine de la ligue des droits de l’homme. — Combat socialiste 1947-1960.

Version imprimable Signaler un complément