LU Lin 路林

Par Claude Widor

Né en 1955. L’un des animateurs du « mouvement démocratique » (fin 1978-fin 1980) ; collaborateur de la revue Tansuo (Enquêtes), arrêté en août 1981 et condamné à quatre ans de prison.

Né en 1955 dans une famille ouvrière (mais les générations précédentes, semble-t-il, avaient connu des jours meilleurs), Lu Lin fit ses études à Pékin dans le quartier de Sanlitun. En 1971 il acheva le premier cycle de l’école secondaire (chuzhong) et se fit embaucher dans une usine de la capitale. « Ouvrier modèle », cité en exemple par ses supérieurs, il prit cependant une part active aux émeutes du 5 avril 1976 (voir Deng Xiaoping (鄧小平)). En 1978 il décida de tenter sa chance aux examens d’entrée à l’université (section lettres). Mais bientôt le « printemps de Pékin » éclatait et Lu Lin renonça à ses études pour devenir l’un des principaux dirigeants de la tendance radicale du « mouvement démocratique ».
Il fit partie du petit noyau qui, sous la direction de Wei Jingsheng (魏京生), lança en janvier 1979 la revue Enquêtes. Wei Jingsheng fut arrêté le mars 1979, quatre jours après la sortie d’un numéro spécial de la revue où il s’en prenait vivement à Deng Xiaoping. Cinq mois plus tard, Lu Lin, qui avait été écroué en avril, puis relâché, fit renaître Enquêtes de ses cendres. La plupart des articles du n° 4, daté du 9 septembre, jour anniversaire de la mort de Mao Tse-tung (毛澤東), étaient de sa plume et révélaient un talent certain de polémiste. Lu Lin procédait à un vigoureux plaidoyer en faveur de Wei Jingsheng et de la thèse maîtresse que celui-ci avait défendue : pour « sauver la Chine », il faut une « cinquième modernisation », la modernisation du système politique — sur le modèle des démocraties occidentales.
Le n° 5 d’Enquêtes parut le premier octobre 1979. Le 17 octobre, le Parti se résolut finalement à juger Wei Jingsheng et à le condamner lourdement. Ce verdict frappait d’une seconde mort Enquêtes, qualifiée officiellement de « publication contre-révolutionnaire », et sonnait du même coup le glas du « printemps de Pékin ».
Lu Lin fut arrêté en août 1981 et condamné, dit-on, à quatre ans de prison pour avoir aidé à transmettre à l’étranger le témoignage de Liu Qing (劉青) sur les camps de travail.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article184224, notice LU Lin 路林 par Claude Widor, version mise en ligne le 26 novembre 2016, dernière modification le 23 novembre 2016.

Par Claude Widor

ŒUVRE : « Beijing jietou mai haizi » (On vend des enfants dans les rues de Pékin), Tansuo, n° 2, 29 janvier 1979, sous le pseudonyme de Mu Mu, et toute une série d’articles dans Tansuo n° 4 et n° 5. Voir C. Widor, Documents sur le mouvement démocratique chinois 1978-1980, vol. I, Paris-Hong Kong, 1981. Traduction in V. Sidane, Le Printemps de Pékin, Paris, 1980.

SOURCES : Interview de Lu Lin et Widor (1981).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément