MANOUKIAN Nikoghos (Nicolas)

Par Astrig Atamian

Né en 1884, Arménien originaire de l’Empire russe, au Parti communiste français à Paris en 1921, à la CGTU bâtiment, de retour en Arménie en 1930.

Né dans une famille de paysans du gouvernorat d’Erevan, Nikoghos Manoukian travailla à Erevan à partir de l’âge de 9 ans, quatre ans chez un maître et deux ans dans un entrepôt de vin. Parallèlement, il étudia dans une école supérieure jusqu’à ses 20 ans.
En raison de son appartenance au parti hentchak (SD arménien), il fut arrêté à plusieurs reprises au cours de la Révolution de 1905. Contraint à l’exil, il émigra en France en 1906. À Marseille, il travailla deux ans dans un atelier de chaussures. Il travailla ensuite dix-huit ans à Paris comme monteur-électricien chez Somya.
Nikoghos Manoukian intégra le Parti communiste français dès sa création. Il participa à quelques manifestations et à la diffusion de la littérature soviétique dans les usines Renault, Citroën et Somya. Il fut arrêté à trois reprises.
Il retourna à Marseille, travailla dans le bâtiment et adhéra à la CGTU bâtiment. Il s’installa ensuite à Nice, mais n’y trouva pas de travail en raison de son engagement militant.
En novembre 1930, Nikoghos Manoukian quitta la France pour l’Arménie soviétique. Là-bas, il travailla comme électricien-monteur dans la ville de Kanakir.
À deux reprises, le 26 décembre 1930 et le 21 juillet 1931, le Secrétariat romain du Komintern demanda au Secrétariat du Parti communiste français, l’autorisation de transférer Nikoghos Manoukian dans le parti russe. En septembre 1936, il était considéré par le Parti communiste français comme un « type tout à fait sale » qui « était toujours en désaccord avec le parti ». Qualifiant sa vie privée de détestable, le Parti communiste français déclarait alors : « On l’a fait partir... pour s’en débarrasser ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article183765, notice MANOUKIAN Nikoghos (Nicolas) par Astrig Atamian, version mise en ligne le 21 août 2016, dernière modification le 20 août 2016.

Par Astrig Atamian

SOURCES : RGASPI, Moscou, 495 270 6813.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément