LIN Yunan 林育南

Par Alain Roux

Né vers 1900 à Wuhan ; fusillé par le G.M.D. à Longhua le 7 février 1931. Syndicaliste communiste issu de l’anarchisme.

Frère de Lin Yuying (林毓英) et cousin de Lin Biao (林彪), Lin Yunan est étudiant à Wuhan quand il participe dans sa ville natale au mouvement du 4 mai 1919. Il fréquente à cette époque la Société du Bien public (voir Yun Daiying (惲代英)) qui gère une librairie où l’on diffuse des livres anarchistes et, plus tard, marxistes. En 1921, avec d’autres membres de la société, il parcourt les villages du Sichuan, parlant de socialisme et d’anarchie. Il écrit dans la Revue hebdomadaire de Wuhan une diatribe contre les seigneurs de la guerre et les capitalistes. Il se rapproche du P.C.C. sous l’influence de son ami Dong Biwu (董必武) : il représente les étudiants de Wuhan à la Conférence des peuples opprimés d’Extrême-Orient, organisée par le P.C.C. à Wuhan au printemps 1922. Peu de temps après, comme la plupart des membres de la Société du Bien public, il adhère au P.C.C.
Il devient alors l’animateur de la section wuhanaise du Secrétariat du travail (voir Zhang Guotao (張囯燾)). Lors du massacre du 7 février 1923 (voir Yang Defu (楊德甫)) il est secrétaire du Syndicat unifié du chemin de fer Pékin- Wuhan (le Jing-Han) animé par Li Chenying et Yang Defu et dirige le secrétariat de la Fédération du travail du Hubei. C’est lui qui, respectant les consignes de prudence données par Zhang Guotao, coordonne la diffusion de l’ordre de fin de la grève dès le 8 février. En 1925 il est membre du comité du C.C. du P.C.C. s’occupant du mouvement ouvrier qu’anime Zhang Guotao (張囯燾). En mai 1925 il est élu au C.E.C. du Syndicat général pan-chinois, dont il devient secrétaire général.
En 1927-1928 il milite dans la clandestinité à Wuhan, imprimant notamment en collaboration avec Xiang Jingyu (向警予) le journal clandestin du P.C.C. Zhang Jiang (Le Fleuve Yangzi). Il se réfugie à Shanghai vers 1929 et milite à nouveau dans le mouvement ouvrier. Il partage les vues de He Mengxiong (何夢雄) et de Luo Zhanglong (羅章龍) contre Li Lisan (李立三) d’abord, puis, après le 4e plénum du C.C. du P.C.C. en janvier 1931, pour s’opposer à la prise du pouvoir par les « Vingt-huit bolcheviks » (voir Wang Ming (王明)) en créant de nouvelles instances dirigeantes. Peu de temps après avoir été exclu du P.C.C., il est arrêté dans la nuit du 17 au 18 janvier 1931 (voir He Mengxiong (何夢雄)). Il est exécuté le 7 février.
En avril 1945, la résolution publiée par le C.C. à la veille de la réunion de son VIIe congrès et sans doute esquissée par Mao Tse-tung (毛澤東) « Sur quelques points de l’histoire de notre parti » le réhabilite, précisant qu’il était mort « comme un noble martyr ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article182727, notice LIN Yunan 林育南 par Alain Roux, version mise en ligne le 15 novembre 2016, dernière modification le 15 novembre 2016.

Par Alain Roux

SOURCES : Outre KC, voir : Chesneaux (1962). — Mao Tse-tung (1955) IV. — Xiwu Laoren (Le vieillard Xiwu) (1957).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément