CABANNE Julien

Par Jacques Girault

Né le 29 août 1884 à Castetnau-Camblong (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques), mort le 10 août 1978 à Ares (Gironde) ; instituteur ; militant syndicaliste du SNI ; militant radical-socialiste ; résistant ; conseiller municipal de Mérignac (Gironde) de 1947 à 1971.

Fils d’un agriculteur (laboureur selon l’état civil), Julien Cabanne reçut les premiers sacrements catholiques. Son père fut maire de Castelnau-Camblong de 1884 à son décès en 1911, son fils aîné lui succéda.

Élève à l’école primaire supérieure d’Oloron-Sainte-Marie (Basses-Pyrénées), Julien Cabanne entra à l’École normale d’instituteurs de La Sauve (Gironde) en 1901. Nommé instituteur dans des communes rurales de Gironde, il fut secrétaire de mairie de 1911 à 1919 et de 1923 à 1927. Marié religieusement en décembre 1906 avec une institutrice, il eut deux enfants qui ne furent pas baptisés.

Réformé en 1914, membre de l’Amicale des instituteurs, d’esprit syndicaliste, après avoir enseigné pendant dix ans à Gauriac, il fut directeur d’une école et d’un cours complémentaire dans l’agglomération bordelaise. Son épouse partit à la retraite en 1939.

Membre du Syndicat national (CGT) depuis 1924, élu au conseil syndical dès le début, élu au bureau de la section départementale, secrétaire de la section jusqu’en 1934, il signa dans le bulletin du syndicat l’annonce de la fusion des deux syndicats décidée par la commission de fusion du 15 novembre 1934. Il participa à tous les congrès nationaux jusqu’en 1939. En 1938, Julien Cabanne était toujours membre du conseil départemental de l’Enseignement primaire. Le 30 novembre 1938, il fut le seul gréviste de l’école qu’il dirigeait. Favorable aux accords de Munich, il ne partageait cependant pas le pacifisme de la direction nationale du Syndicat national des instituteurs.

Membre du Parti radical socialiste depuis 1910, il était le président de la fédération girondine après la guerre. Franc-maçon, il adhérait à la Ligue des droits de l’Homme. Candidat aux élections législatives en 1936, dans la circonscription de Blaye (Gironde), il fut battu au premier tour.

Retraité, devenu représentant de la librairie Armand Colin (1941-1947), au cœur de la Résistance dans le Sud-Ouest, en 1944, vice-président du Comité départemental de Libération, il présida la commission d’épuration du personnel.

De 1947 à 1971, date à laquelle il ne se représenta pas, il fut élu conseiller municipal de Mérignac sur une liste radicale-socialiste.

En 1974, Julien Cabanne était le président d’honneur au Mouvement des radicaux de gauche (MRG) dans la Gironde.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article18260, notice CABANNE Julien par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 9 décembre 2018.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat. F7/13 746. — Presse syndicale. — Renseignements fournis par l’intéressé et par son fils.— Axel Bruneau, Les instituteurs et la gauche dans la Gironde des années 1930, Maîtrise, Université de Bordeaux III, 2005, 154 p.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément