LI Yongxiang 李永祥 [LEE Yung-Ziang dans la presse en langues occidentales éditée à Shanghai]

Par Alain Roux

Responsable syndical nationaliste à Shanghai durant la « décennie de Nankin » (1927-1937).

A partir de mai 1927, Li Yongxiang est le président du syndicat des employés de la compagnie des eaux et de l’électricité de Zhabei, dans la ville chinoise de Shanghai. Ce syndicat compte 134 adhérents. Son activité n’est pas pour autant négligeable : grève de 103 employés en janvier 1928 durant seize jours et demi, revendications salariales présentées à la direction avec un certain succès au printemps 1929, solidarité (un don de vingt dollars) avec les grévistes de la Compagnie des eaux de la Concession internationale en août 1929. Le 1er mai 1929, Li Yongxiang devient responsable syndical à Shanghai : il est un des quinze responsables syndicaux de cette ville qui créent le « comité préparatoire pour le Syndicat général de Shanghai ». Il est tout naturellement, par la suite, membre du comité exécutif de ce Syndicat général, que le G.M.D. place assez vite sous son strict contrôle. En mai 1933, le C.E.C. du G.M.D. le choisit parmi cinq autres candidats comme délégué ouvrier à la 17e session de l’Organisation internationale du travail à Genève. Sa désignation suscite l’opposition déclarée des syndicats de Shanghai, qui votent une résolution demandant la nomination de ce délégué non par le Parti mais par les ouvriers eux- mêmes. C’est ce que rapporte dans une lettre du 20 mai 1933 adressée au I.T. le responsable de cette organisation pour la Chine, Chen Zongchang (C.S. Chan). Ce dernier ajoute une phrase de commentaire : « Monsieur Lee Yungziang a une assez longue expérience dans le mouvement syndical à Shanghai, bien que, aux dires des gens, il n’ait jamais été ouvrier lui-même dans le sens exact du mot ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article182589, notice LI Yongxiang 李永祥 [LEE Yung-Ziang dans la presse en langues occidentales éditée à Shanghai] par Alain Roux, version mise en ligne le 9 novembre 2016, dernière modification le 9 novembre 2016.

Par Alain Roux

SOURCES : Ma Chaojun (1959), III, p. 921. — Le Journal de Shanghai, 10 août 1929. — Zhongguo Gongren (L’Ouvrier chinois), n° 7, 1929. — Archives du B.I.T. à Genève : cabinet file 1932-1936, confidentiel X.C. 13/I/I.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément