GIRY Régis, Auguste

Par François Ménétrier

Né le 8 juillet 1883 à Vorey (Haute-Loire), mort le 18 mars 1934 à Villeurbanne (Rhône) ; employé municipal ; syndicaliste dans le Rhône.

Employé municipal de Villeurbanne depuis le 15 octobre 1912 comme cantonnier, Régis Giry allait être inspecteur de salubrité jusqu’en 1924 et enfin chef de poste de la Désinfection. Une médaille d’honneur des épidémies en bronze devait le récompenser de son délicat travail, au cours duquel il contracta deux graves maladies.
Adhérent et responsable du syndicat général du personnel municipal de Villeurbanne CGT pendant de longues années, il occupa successivement le poste de secrétaire général de ce syndicat en 1920, puis de 1924 à 1926 et de nouveau en 1929 et 1930. Selon l’article nécrologique paru dans l’Écho des travailleurs, « il contribua puissamment, quand il n’en fut pas le véritable animateur, aux créations, améliorations et réformes dont bénéficiait le personnel municipal ». Il allait siéger pendant de longues années à la Commission du personnel, mise en place par le maire Lazare Goujon en 1925.
C’est en tant que secrétaire général du syndicat CGT du personnel municipal qu’il siégea également à la commission administrative de l’Hôpital-Hospice de Villeurbanne à la fin de 1920 et ce pendant plusieurs années.Régis Giry représenta aussi son syndicat au congrès national de la CGT en juillet 1927.
Lors de son enterrement environ 2 500 personnes composaient le cortège, dont Pierre Jublain pour la Fédération nationale CGT des services publics et Marius Vivier-Merle, secrétaire général de l’Union des
syndicats CGT du Rhône. Il fut Inhumé au nouveau cimetière de Villeurbanne.
Après son décès, le nom de Giry-Régis a été attribué à la salle du Palais du travail de Villeurbanne qui était le siège du syndicat CGT du personnel municipal.
Une anecdote savoureuse a été rapportée par sa fille aînée, Claire Fombonne, dans un courrier au maire de Villeurbanne Étienne Gagnaire le 1er février 1961, où elle jugeait que « son cher papa soit pris pour Lénine par un de vos conseillers municipaux c’est formidable ! ». Elle évoquait un article du Progrès du 31 janvier 1961, titré « Le mystérieux tableau ne risquait pas de choquer la morale », dans lequel le conseiller municipal Wagner avait confondu une photographie de Régis Giry, ancien secrétaire général du syndicat CGT du personnel, affichée sur un mur d’une salle du Palais du travail, avec un portrait de Lénine… La photographie en question a d’ailleurs été remise à la veuve de Régis Giry le 10 février 1961.
Il avait épousé Marie Payet en mairie de Genas (Rhône) le 25 mai 1912.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article182371, notice GIRY Régis, Auguste par François Ménétrier, version mise en ligne le 6 juillet 2016, dernière modification le 6 juillet 2016.

Par François Ménétrier

SOURCES : Archives municipales de Villeurbanne, série 2 K 551-677 et 2 K 64. — L’Écho des travailleurs, 1er avril 1934. — Le Progrès, 31 janvier 1961. - François Ménétrier, Fragment d’histoire(s) du syndicat du personnel communal de la mairie de Villeurbanne 1909-1939, Février 2015.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément