LI Hongshan 李洪山

Par Jean-Luc Domenach

Garde rouge « gauchiste » arrêté en décembre 1966.

L’apparition météorique de jeunes étudiants comme Li Hongshan dans l’histoire de la Révolution culturelle résulte de la diversité du mouvement des Gardes rouges que Mao déclencha dans l’été 1966 afin de détruire l’appareil du Parti. Si la quasi-totalité de ceux-ci se réclamaient de la pensée de Mao, leurs positions divergeaient sur la conduite et l’avenir du mouvement et une fraction « gauchiste » se distingua à diverses reprises en refusant les limites que le Centre imposait au mouvement (voir Kuai Dafu (蒯大富), Yang Xiguang (楊曦光)). Ainsi Li Hongshan, Garde rouge de l’institut de sylviculture de Pékin, déclara-t-il le 9 décembre 1966 devant 30 000 personnes : « maintenant, c’est la grande démocratie ; qu’y a-t-il d’impossible à ce que j’affiche le slogan « Foutons en l’air le Groupe central de la Révolution culturelle et faisons la révolution nous-mêmes ? » Il devait être arrêté le 17 décembre par la Sécurité publique et critiqué dans un meeting de 40 000 personnes auquel s’adressa Jiang Qing (江青). On lui reprocha alors d’avoir voulu regrouper les 49 Instituts de Pékin dans un assaut contre la dictature du prolétariat ; d’avoir lancé des pointes contre le président Mao lui-même (« Nous reconnaissons que les héros sont le produit des circonstances. Le grand dirigeant a un grand sens de la direction, mais cela ne veut pas dire qu’il ait un sens inné de la décision »), Lin Biao (林彪) et Chen Boda (陳伯達) — et, en fait, d’avoir recherché la réhabilitation de Liu Shaoqi (劉少奇)...

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article182337, notice LI Hongshan 李洪山 par Jean-Luc Domenach, version mise en ligne le 8 novembre 2016, dernière modification le 8 novembre 2016.

Par Jean-Luc Domenach

SOURCES : Textes de Gardes rouges hostiles à Li Hongshan traduits in Mandarès et al. (1974), p. 80-89 et 314.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément