GAO Yuan 高元

Par François Gipouloux

Chef du bureau des archives au département administratif de la Fédération nationale des syndicats chinois. Destitué en 1957. Réhabilité en 1978.

Originaire d’une famille de propriétaires ruinés, Gao Yuan adhère au P.C.C. en 1941, durant la guerre sino-japonaise. En 1949, il travaille à Pékin où il est déjà accusé de susciter grèves et pétitions contre le nouveau gouvernement. Deux ans plus tard, lors de la réunion élargie des membres du Parti au sein de la Fédération des syndicats (décembre 1951), il déclare : « Cette réunion ne convaincra personne ». Et encore, à propos de l’atmosphère qui règne dans les milieux syndicaux : « Aujourd’hui, lorsqu’on écrit un article ou un rapport, il faut mentionner partout “sous la direction du Parti”. C’est vraiment un nouveau style stéréotypé (xin ba Su) ». En 1956 Gao Yuan attaque, lors d’une réunion nationale des syndicats, la politique du Parti concernant les cadres et le système de l’enregistrement des résidents (hukou).
Son opposition ne date pas de la période des Cent Fleurs (1957), même si ce n’est qu’à cette époque qu’il a pu développer ses positions de façon systématique. Au printemps 1957, il publie deux articles très controversés dans la revue interne de la Fédération, Zhongguo gongyun (Le Mouvement syndical chinois). S’interrogeant sur la nécessité d’un syndicat à l’époque socialiste et analysant son champ d’action privilégié, Gao Yuan se fait l’avocat d’une autonomie toujours plus grande de l’appareil syndical. Attaqué à de très nombreuses reprises à partir de novembre 1957, puis destitué, il est réhabilité comme Chen Yongwen (陳用文) en 1978.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article181931, notice GAO Yuan 高元 par François Gipouloux, version mise en ligne le 25 octobre 2016, dernière modification le 25 octobre 2016.

Par François Gipouloux

ŒUVRE : Deux articles inédits sont traduits in Gipouloux (1981).

SOURCES : Zhongguo gongyun, 1957, nos 2 et 4. — Gongren ribao, 11, 12, 14, 19 et 23 novembre 1957 et Gipouloux (1981).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément