VIVET Aimable, Joseph

Par Louis Botella

Né le 26 décembre 1912 à Macôt [Macôt-La Plagne] (Savoie), mort le 22 octobre 1962 à Moûtiers (Savoie) ; syndicaliste indépendant des Mines et de la Savoie.

Fils d’André et de Philippa Augier-Simonin, cultivateurs, Aimable Vivet fut adopté pupille de la Nation en février 1920.

Il devint, lors de sa création le 26 décembre 1937, le président du syndicat national professionnel des ouvriers et employés des mines de La Plagne. Ce syndicat était affilié à une structure syndicale nationale (domiciliée au début des années 1930 au 5, rue Cochin à Paris (Ve arr.)), prenant le nom de Confédération nationale du travail (CNT) - à ne pas confondre avec la CNT (anarchiste).

La CNT d’Aimable Vivet préconisait "l’entente entre le capital et le travail" et défendait "le principe de la solidarité absolue entre les intérêts des travailleurs et la prospérité nationale" (préambule des statuts déposés à la mairie concernée).

Il s’était marié le 26 octobre 1940 à Peisey-Nancroix (Savoie) avec Louise Francia Poccard-Chapuis.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article181415, notice VIVET Aimable, Joseph par Louis Botella, version mise en ligne le 1er juillet 2016, dernière modification le 2 juillet 2016.

Par Louis Botella

SOURCES : Arch. Dép. Savoie, 33 M IV-17, dossier 469. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément