VOIDIES Jean-Pierre, Henri, Bernard

Par Jacques Girault

Né le 24 avril 1926 à Caen (Calvados), mort le 9 octobre 1996 à Coutances (Manche) ; instituteur ; résistant déporté ; militant communiste dans le Calvados ; poète.

Fils d’un comptable, Jean-Pierre Voidies, élève du lycée Malherbe à Caen, fonda, avec d’autres jeunes gens, à un réseau résistant affilié au Front national. Ils recueillaient des renseignements sur les réalisations de défense de l’occupant dans la zone maritime. En janvier 1944, ayant l’intention de lutter contre l’organisation du Rassemblement national populaire dans le département, il adhéra aux Jeunesses nationales populaires qui regroupaient les jeunes du RNP. Il déroba des documents du chef départemental du RNP, dont des listes d’adresses de militants et un tampon. Les actions entreprises avec ces documents perturbèrent le fonctionnement de l’organisation collaborationniste. Arrêté, le 23 février 1944 par la Gestapo, torturé, envoyé au camp de Royallieu à Compiègne (Oise), dans le convoi parti le 4 juin 1944, il fut déporté à Neuengamme (Allemagne) dans les kommandos de Misburg et Meppen-Versen.

Au retour d’Allemagne, Jean-Pierre Voidies devint instituteur. Il enseigna notamment à La Guérinière.

Il se maria en mars 1953 à Paris (XXe arr.) avec Huguette Papin, institutrice, militante communiste. Le couple eut un fils.

Il avait adhéré au Parti communiste sans doute pendant la Résistance. Etait-il le militant communiste de Freneuse (Yvelines) qui fut adjoint au maire ?

Il militait au Parti communiste français tout en composant des plaquettes de poésies dont une des premières sous le titre Buffalo paru chez Seghers en 1949. Il signait Voidies jusqu’en 1973, puis Voidies-Ovida Defect jusqu’en 1978 et enfin Ovida Defect à partir de 1981.

En effet, en 1981, Jean-Pierre Voidies devint une femme.

Il écrivit son autobiographie, La prise de robe : itinéraire d’une transexualité vécue parue en 1982 à compte d’auteur. Un film documentaire fut tourné en 1986 par Françoise Romand sous le titre Appelez moi Madame. La réalisatrice fut interrogée en 2012 (voir www.universcine.com/artistes/huguette-voidies).

Il vécut sa retraite comme son épouse avec qui il continuait à vivre et à militer, à Saint-Pierre-de-Vauvray (Eure).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article180680, notice VOIDIES Jean-Pierre, Henri, Bernard par Jacques Girault, version mise en ligne le 12 mai 2016, dernière modification le 13 octobre 2019.

Par Jacques Girault

SOURCES : Conseil général, Archives départementales du Calvados, sous la direction de Jean Quellien, Livre mémorial des victimes du nazisme dans le Calvados (2004). — Site Internet, http://sgmcaen.free.fr/resistance/front-national-caen.htm et autres sites. — Notes de Christian Langeois.

ŒUVRES : Le fichier de la BNF en 2016 comprenait 35 titres en trois séries sous le nom de Voidies seul ou associé avec Defect, et 18 sous le nom de Defect. Ces écrits parurent parfois chez des éditeurs de poésies dont Seghers, Subervie, P.-J. Oswald ou plus militants (Le Pavillon, L’Amitié par le livre).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément