VARIER Lucie [née CASALTA Lucie]

Par Jacques Girault

Née le 29 septembre 1921 à Paris (XVe arr.), morte le 16 octobre 2014 à Viazac (Lot) ; institutrice ; militante des CEMEA.

Fille d’un gardien de la paix né en Corse qui mourut au début des années 1930, Lucie Casalta, élève de l’école primaire supérieure Sophie Germain, fut intéressée par les mathématiques. Titulaire du brevet supérieur, elle commença des suppléances d’institutrice. Elle participa à un stage d’animatrice, organisé en 1941 par les Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active. Ce stage, dirigé par Gisèle de Failly, était encadré par des fondateurs de CEMEA (Henri Laborde, Henriette Goldenbaum, André Schmitt). Ils lui proposèrent de travailler à la Maison d’enfants de Sèvres mais elle refusa à la suite du décès de sa mère. Régulièrement, elle participa à des activités de l’organisation (jeux, sorties de plein air, lecture de cartes et du paysage avec Henri Laborde). Elle créa une section d’éclaireuses de France où elle rencontra William Lemit qui l’initia au chant puis participa à des stages d’activité dramatique à partir de 1944.

En 1945, détachée à Montry (Seine), avec Suzanne Chauvet, elle encadra ses premiers stages de formation de moniteurs de colonies de vacances, spécialisée dans "l’étude du milieu". Elle eut Albert Varier comme stagiaire. En 1946, avec lui, elle participa au Rassemblement mondial de la jeunesse pour la Paix à Prague, avec comme proposition la reconstruction de Varsovie. Ils travaillèrent trois semaines sur le chantier.

En octobre 1945, elle fut nommée à l’école Paul Doumer d’Aubervilliers. Membre du Syndicat national des instituteurs comme Albert Varier, ils se marièrent en novembre 1947 à Aubervilliers. Le couple eut quatre enfants. Il habita dans le XVe arrondissement de Paris, puis à partir de 1949, Dugny (Seine-Saint-Denis).

Avec son mari, dans le mouvement des Auberges de jeunesse, ils furent père et mère aubergistes aux Charmettes. Ils reprenaient les traditions des éclaireurs, notamment le totem (“Cembro Blanc“ pour elle). Instructrice chef de stages des CEMEA, Lucie Varier participa à diverses initiatives du mouvement, notamment destinées à la petite enfance. Fut créée une commission sur ce thème sous la présidence de Marie-Aimée Niox-Château et des responsables des CEMEA (Gisèle Coatanroc’h, Henriette Goldenbaum, Lucie Mouilleseaux, Yvette Poli, Lucie Varier, Thérèse Vivant et Jacques Vivant) mirent en commun leurs expériences. Blanche Harvaux formula les conclusions et coordonna le contenu du livre paru sous le titre La vie à la colonie maternelle (CEMEA, Éditions du Scarabée, 1959, réédité en 1974) avec des croquis de Robert Lelarge.

Elle fut mise à la disposition des CEMEA de 1966 à 1979 et participa aux initiatives pour la culture scientifique et technique.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article180564, notice VARIER Lucie [née CASALTA Lucie] par Jacques Girault, version mise en ligne le 9 mai 2016, dernière modification le 10 mai 2016.

Par Jacques Girault

SOURCES : Renseignements fournis par les enfants de l’intéressée.

Version imprimable Signaler un complément