VARIER Albert, Jacques

Par Jacques Girault

Né le 8 avril 1924 à Aubervilliers (Seine/Seine-Saint-Denis), mort le 4 novembre 2016 à Viazac (Lot) ; instituteur dans la Seine ; militant du SNI ; dirigeant des CEMEA.

Albert Varier_2012
Albert Varier_2012

Fils aîné de quatre enfants d’une employée dans une épicerie d’Aubervilliers et d’un serrurier travaillant à la maintenance des compagnies aériennes successives au Bourget qui devinrent UTA en 1963, Albert Varier fut admis à l’École normale d’instituteurs de Paris au début des années 1940. Replié à la fin de la guerre dans une ferme de Bard-lès-Époisses (Côte d’Or), il rejoignit un groupe de résistants.

Nommé instituteur à l’école du Montfort à Aubervilliers en octobre 1945, Albert Varier fut élu, le mois suivant, au conseil syndical de la section de la Seine du Syndicat national des instituteurs sur la liste de la Majorité fédérale. Non candidat au renouvellement du conseil en février 1948, il y fut élu en novembre 1949, par les syndiqués de la deuxième conscription de l’arrondissement de Saint-Denis. Réélu en janvier 1952, il ne se représenta pas en décembre 1953. Secrétaire de la commission pédagogique de novembre 1949 à décembre 1953, il fut chargé de suivre la préparation de l’exposition scolaire qui devait assurer la promotion de l’école laïque prévue pour juin 1950 et réalisée en avril 1951 en raison de difficultés techniques. Il fut élu suppléant à la commission administrative paritaire départementale en 1952.

Albert Varier, militant des Auberges de Jeunesse, se maria en novembre 1947 à Aubervilliers avec une institutrice de l’école Paul Doumer Lucie Casalta (Lucie Varier), Éclaireuse de France, instructrice des Centres d’entrainement aux méthodes d’éducation active. Le couple eut trois enfants. Il habita dans le XVeme arrondissement de Paris, puis à partir de 1949, à Dugny (Seine/Seine-Saint-Denis).

Parallèlement, Albert Varier, dans le cadre du conseil syndical du SNI, fut chargé de suivre les activités du comité de la Seine de la Jeunesse au Plein Air. Il en devint le secrétaire général et, fut dans la deuxième moitié des années 1950, le responsable de maisons de vacances familiales en Autriche, à La Faute-sur-mer (Charente-Maritime), village sous toile. En 1958, avec l’appui de René Bonissel, il prospecta et acheta le château de Viazac (Lot) de 1958. Il y créa une maison familiale expérimentale avec l’architecte Roland Schweitzer dont il fut le consultant “compagnon pédagogue“, pour ses autres réalisations dans ce domaine Il quitta la direction de la maison de Viazac en 1974, « estimant les modifications de circulation incompatibles avec son fonctionnement. »

Le 25 mars 1953, le Ministère de l’Éducation nationale le mit à la disposition de la JPA pour les CEMEA dont il était instructeur depuis 1947. Le 15 septembre 1960, il devint délégué régional des CEMEA et participa à l’organisation des délégations de Paris-Sud et de Paris-Nord. En 1970, entré dans la direction nationale des CEMEA, à partir du 1er février 1970, il fut délégué, aux relations extérieures (relations avec les ministères, avec l’UNESCO et d’autres instances internationales). Le 12 septembre 1974, le ministère le mit à la disposition des CEMEA.

Son statut de permanent lui permit de multiplier son investissement et sa participation aux débats sur l’organisation du mouvement. En 1980, il réunit à Marly-le-Roi (Yvelines) des Journées d’étude à destination des organisateurs de centres de vacances.

Actif dans le comité de rédaction de la revue Vers l’Éducation nouvelle, il représenta les CEMEA dans le comité de rédaction de la revue Belles vacances créée en 1963 par des mouvements d’éducation (JPA, UFOVAL, Ligue de l’enseignement, CEMEA).

Albert Varier fut au cœur de l’organisation et de la structuration dans l’espace des lieux de vie collective en animant aux CEMEA, avec son épouse la commission « Vacances, Familles, Adultes » jusqu’en 1979. En 1955, il initia, avec son épouse et d’autres instructeurs des CEMEA, des Rencontres internationales pour accueillir et héberger les jeunes au Festival d’Avignon. Il fut un des premiers militants de COOP-INTER, puis en 1954 de la Fédération internationale des CEMEA. Dans cette dernière, après 1980, il fut successivement secrétaire général, président, président intérimaire puis honoraire. Il encadra des stages de formation en Afrique francophone, à Madagascar et aux Seychelles avec son épouse pour les instructeurs des associations locales.

Albert Varier fut chargé, à la fin des années 1970, de la relance des travaux et des recherches pédagogiques dans le domaine des activités scientifiques et techniques. Pour lutter contre ce qui était considéré comme de l’illettrisme scientifique, il créa le groupe national d’Activités de découverte technique et scientifique, dont il resta responsable national jusqu’en 2000. Les ADTS devinrent parties intégrantes du stage de base de moniteur de colonie de vacances et un regroupement national fut organisé en principe chaque année. Il multiplia les initiatives pour développer l’alphabétisation scientifique et technique. Dans ce domaine, après un premier stage au Mali en 1957, avec les CEMEA, il encadra des stages de formation technique et scientifique et des regroupements internationaux en Europe, en Afrique et Océan indien. De ces initiatives naquit en 1985 le Collectif inter-associatif pour la réalisation d’activités scientifiques et techniques à l’international qui organisa des Exposciences nationales et internationales. Varier fut le président du CIRASTI de 1985 à 1997.

Albert Varier conserva ses responsabilités aux CEMEA jusqu’à sa retraite administrative d’instituteur en septembre 1980 et sa retraite de l’association nationale des CEMEA en septembre 1981.

Politiquement, Albert Varier n’appartenait à aucun parti. Laïque et athée comme son épouse, il se reconnaissait dans les valeurs de la gauche et du communisme.

A partir de 2012, avec son épouse qui décéda peu après, il se retira à Viazac dans l’ancienne ferme de Lascarrières achetée en 1970.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article179873, notice VARIER Albert, Jacques par Jacques Girault, version mise en ligne le 13 avril 2016, dernière modification le 20 novembre 2016.

Par Jacques Girault

Albert Varier_2012
Albert Varier_2012

Iconographie : - 1993, Cité des Sciences de la Villette, Festival des Exposciences, avec des membres du conseil scientifique du CIRASTI), de gauche à droite
Étienne Guyon (directeur de l’École normale supérieure), Michel Crozon, Jean-Claude Agostini (?), Olivier Las Vergnas (futur président du Cirasti), Albert Varier, Roger Lesgards, caché (président de la Cité des Sciences)
- Albert Varier en 2012

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne : fonds CEMEA, 512 J 234, 529, 564 J 14 (transmis par Valère Milot). — http://www.jpa.asso.fr/docs/70ans/. — Presse — Robert Hirsch, La section de la Seine du Syndicat national des instituteurs et institutrices de 1944 à 1967, Thèse d’Histoire (Université de Paris 13, 2003). — Michel (Jean-Marie), Passeurs d’avenir, Actes Sud, 1996. —Roland Schweitzer (R.), Un parcours d’architecte, 1954-2014, éd. Arsign, 2014. — Renseignements et notes diverses (personnels de Viazac) fournis par ses enfants.

Version imprimable Signaler un complément